La gauche doit-elle soutenir l'envoi d'armes en Ukraine ?

Author
Davide Mastracci Taras Bilous Dimitri Lascaris
Date
April 3, 2023

Une confrontation entre Taras Bilous[1] et Dimitri Lascaris[2].

Il y a un peu plus d'un an, la Russie a envahi l'Ukraine dans le cadre de ce qu'elle a appelé une «opération militaire spéciale». Cette invasion fait suite à une décennie tumultueuse qui a vu, en 2014, le renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch (certains diraient un coup d'État), les manifestations de Maïdan, la prise de la Crimée par la Russie et huit années de conflit militaire dans le Donbass. L'invasion a immédiatement suscité un débat animé au sein de la gauche dans les pays occidentaux, et ce pour un certain nombre de raisons.

Une partie du débat a porté sur la responsabilité de l'effondrement des accords de Minsk et de l'invasion, certains gauchistes pointant du doigt l'OTAN et l'Occident, d'autres affirmant que le président russe Vladimir Poutine était le seul ou l'unique responsable. Un autre aspect du débat a porté sur la manière de caractériser le conflit. S'agissait-il d'une bataille entre deux puissances impérialistes (étant donné le soutien massif de l'Occident à l'Ukraine) ? L'Ukraine était-elle engagée dans une lutte anticoloniale ? La Russie agissait-elle comme une force anti-impérialiste luttant contre l'ingérence occidentale ?

Le débat a également porté sur les mesures à prendre en réponse à l'invasion. Une faction de gauchistes a soutenu l'invasion de la Russie. Certains gauchistes ont soutenu qu'une position anti- guerre était nécessaire, avec l'idée qu'il fallait faire pression sur les gouvernements occidentaux pour qu'ils aident à négocier un règlement pacifique de la guerre qui éviterait de nouvelles effusions de sang et une escalade. Ils se sont donc opposés au transfert d'armes des gouvernements occidentaux, y compris du Canada, vers l'Ukraine. D'autres soutiennent qu'il faut soutenir les Ukrainiens pour les aider à remporter le conflit ou à améliorer leur position militaire avant d'entamer toute négociation. Ils ont donc soutenu l'envoi d'armes à l'Ukraine par les gouvernements occidentaux et ont parfois insisté pour qu'ils en fassent davantage.

Pour contribuer à la poursuite de cette discussion nécessaire, Passage a contacté deux écrivains ayant des points de vue opposés sur la question afin qu'ils entament un dialogue (écrit) l'un avec l'autre. Taras Bilous, co-rédacteur en chef de la revue ukrainienne de gauche Commons, qui sert actuellement dans l'armée ukrainienne, estime que la gauche devrait soutenir le transfert d'armes à l'Ukraine. Dimitri Lascaris, avocat, journaliste et militant de Montréal, estime qu’elle devrait s'opposer au transfert d'armes vers l'Ukraine. L'identité de chaque auteur a été gardée secrète tout au long de leur échange. Leur dialogue est présenté ci-dessous, Taras écrivant en premier, Dimitri répondant, Taras répondant et Dimitri clôturant la conversation.

Passage ne publie pas d'éditoriaux représentant la publication, mais depuis le début de la guerre, nous avons régulièrement publié des articles défendant une position anti-guerre. Toutefois, nous avons également publié dans notre bulletin quotidien des articles offrant des perspectives différentes dans un esprit de débat et de discussion, car notre lectorat ne soutient en aucun cas une seule position. Cette série de dialogues a également pour but de poursuivre le débat.

Taras Bilous : Chaque Ukrainien a probablement déjà des amis ou des parents qui ont été tués ou blessés dans cette guerre, et personne ne souhaite plus que nous la fin de cette horreur. Mais cela ne signifie pas que les Ukrainiens sont prêts à capituler pour la paix à tout prix. Si le Kremlin avait déclaré qu'il était prêt à retirer les troupes russes d'Ukraine sous certaines conditions, cela aurait valu la peine d'entamer des négociations. Au lieu de cela, le président russe Vladimir Poutine a annexé des territoires, y compris des parties que la Russie ne contrôle pas, et exige la reconnaissance de ces annexions. Or, au moins 80 % des Ukrainiens sont opposés à des concessions territoriales à la Russie, selon un sondage réalisé en février par l'Institut international de sociologie de Kiev. Ceux qui connaissent Bucha et qui ont vu la réaction des habitants de Kherson libéré devraient comprendre pourquoi les Ukrainiens veulent libérer les territoires occupés et ne pas laisser la Russie en occuper davantage.

La gauche «anti-guerre» fait souvent appel à la Première Guerre mondiale et à l'opposition des socialistes révolutionnaires à cette guerre. Pour une raison ou une autre, ils oublient généralement un slogan important de ces années-là : «une paix démocratique entre les nations, sans annexions ni indemnités et sur la base de la libre autodétermination des nations». Les internationalistes ne devraient pas prôner la paix à tout prix, mais plutôt une paix juste et durable. Mais aujourd'hui, la gauche «anti-guerre», lorsqu'elle appelle à la paix, ne précise généralement pas pour quel type de paix elle plaide, et signifie souvent implicitement la reconnaissance des annexions.

Ces mêmes personnes ne conseilleraient probablement jamais aux Palestiniens d'accepter la politique d'occupation d'Israël, mais elles n'hésitent pas à le suggérer aux Ukrainiens. Les mêmes personnes qui savent que le manque d'armes n'empêche pas les Palestiniens de résister pensent que les Ukrainiens cesseront de résister si l'Occident cesse de leur fournir des armes. Ce n'est pas le cas. Même si l'Occident avait refusé de fournir des armes dès le début, cela n'aurait pas arrêté la guerre, mais simplement changé sa forme. L'arrêt des livraisons d'armes ne fera qu’élargir l'occupation, et davantage d'Ukrainiens seront tués, violés et réprimés.

Bien sûr, la fatigue peut faire des ravages. Si l'Ukraine ne gagne pas cette année, peut-être que l'année prochaine, l'Ukraine et la Russie seront suffisamment épuisées pour signer un cessez-le-feu. Mais c'est aux Ukrainiens de décider d'une telle mesure. Et si les Ukrainiens acceptent un cessez-le-feu, ce sera avec l'espoir d'avoir suffisamment affaibli la Russie pour l'empêcher de lancer une nouvelle offensive dans les années à venir, et avec l'espoir que les territoires occupés seront réclamés par l'Ukraine à l'avenir.

Une paix injuste serait également instable. Il s'agirait d'un conflit gelé qui pourrait reprendre de plus belle à tout moment. La seule alternative à ce scénario est la victoire de l'Ukraine, ce qui signifie que le Kremlin doit être contraint d'accepter des conditions de paix acceptables pour l'Ukraine. Et pour cela, l'Ukraine a besoin de livraisons d'armes étrangères.

Dimitri Lascaris : La politique étrangère doit être fondée sur des faits. C'est particulièrement vrai pour la guerre, compte tenu de ses terribles conséquences. L'armement de l'Ukraine par l'Occident ne tient pas compte des faits.

Fait : Au moment de l'effondrement de l'Union soviétique, l'Occident a assuré au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev que l'OTAN ne s'étendrait pas «d'un pouce vers l'est». Il a violé cette assurance à plusieurs reprises.

Fait : le gouvernement ukrainien n'a pas mis en œuvre les accords de Minsk, qui prévoyaient un degré limité d'autonomie pour les régions de Donetsk et de Louhansk. Pire encore, dans les jours qui ont précédé l'invasion russe, l'armée ukrainienne a considérablement augmenté ses bombardements sur les zones contrôlées par les rebelles.

Fait : l'Ukraine est l'un des pays les plus corrompus au monde. Inévitablement, une grande partie des armes envoyées à l'Ukraine sera détournée vers des organisations criminelles, comme l'a prévenu le chef d'Interpol en juin 2022.

Fait : l'Ukraine est confrontée à un grave problème néonazi. En 2018, le parlement ukrainien a déclaré une fête nationale en l'honneur de l'odieux collaborateur nazi Stepan Bandera, dont l'organisation politique a participé au massacre de Polonais, de Juifs et de Russes.

Fait : En 2014, les États-Unis ont orchestré un coup d'État violent qui a chassé du pouvoir le président ukrainien démocratiquement élu, Viktor Ianoukovitch. Ce coup d'État était si audacieux que le fondateur de Stratfor l'a qualifié de «coup d'État le plus flagrant de l'histoire».

Ces faits facilement vérifiables démolissent le récit simpliste avancé pour justifier l'armement de l'Ukraine. Il ne s'agit pas d'une bataille entre le bien et le mal, la démocratie et l'autoritarisme, ou l'agression et «l'ordre fondé sur des règles» (quoi que cela signifie). Personne n'a les mains propres, et surtout pas les gouvernements de l'OTAN. Pour résoudre cette guerre dangereuse sur le plan existentiel, nous devons reconnaître son contexte géopolitique, à savoir que le gouvernement américain est déterminé à maintenir la position d'hégémonie mondiale dont il jouit depuis la disparition de l'Union soviétique.

Indépendamment de ces considérations, il y a peu de raisons de croire que l'Ukraine puisse vaincre la Russie. Dans pratiquement tous les domaines, la Russie jouit d'avantages écrasants, notamment en matière d'artillerie, de missiles hypersoniques, d'avions de combat, de forces navales, de ressources énergétiques et de main-d'œuvre. Si, par miracle, l'Ukraine était sur le point de vaincre la Russie, celle-ci pourrait bien recourir aux armes nucléaires, car elle considère cette guerre par procuration de l'OTAN comme une menace existentielle. Que nous pensions que la Russie ait raison sur ce point n'a aucune importance – avoir raison ne nous protégera pas des retombées nucléaires.

Enfin, ce n'est pas une réponse que de dire qu'il appartient seulement à l'Ukraine de négocier un accord de paix et que, jusqu'à ce qu'elle décide de le faire, l'OTAN doit armer l'Ukraine. Cet argument ne tient pas compte de l'action des gouvernements de l'OTAN, dont le devoir primordial est de protéger les intérêts de leurs propres citoyens. Rien ne pourrait être plus contraire à leurs intérêts que l'escalade d'une guerre avec un État doté de l'arme nucléaire. L'OTAN n'a aucune obligation légale de soutenir l'Ukraine. Elle est libre de retirer son soutien ou de le conditionner à des négociations de paix immédiates. Face à une telle condition, l'Ukraine devrait alors décider de demander la paix ou de poursuivre la guerre sans le soutien de l'OTAN. Cette décision reviendrait à l'Ukraine, et à elle seule.

Taras Bilous : Examinons les faits mentionnés par mon opposant. Il y a de nombreuses années, les États-Unis ont fait une promesse verbale au dirigeant d'un État qui n'existe plus. Aujourd'hui, l'une des anciennes parties de cet État (la Russie), avec le soutien d'une autre (la Biélorussie), a envahi une troisième (l'Ukraine). Il s'agit des mêmes républiques cofondatrices qui ont dissous l'Union soviétique en 1991 par une décision commune.

Alors, pourquoi le premier fait devrait-il être si important pour la politique actuelle ? Je comprends que Poutine l'utilise pour justifier sa politique impérialiste, mais en quoi cela nous intéresse-t-il ? N'est-il pas plus important qu'en 1997, la Russie ait signé un traité avec l'OTAN pour accepter son expansion ? Nous pouvons dire que la politique de la porte ouverte de l'OTAN était une erreur, mais elle est aujourd'hui aussi peu pertinente que l'était l'injustice du traité de Versailles en 1939.

Passons aux accords de Minsk. Deux mois après la signature du protocole de Minsk, des «élections» ont été organisées dans la partie du Donbass contrôlée par la Russie, en violation du paragraphe 9. Les résultats des «élections» ont tout simplement été inventés. Une semaine après la signature de Minsk II, les forces séparatistes soutenues par la Russie se sont emparées de Debaltseve, violant ainsi le cessez-le-feu et la ligne de démarcation convenue. Depuis des années, la Russie sabote également la mise en œuvre du paragraphe 4 du protocole de Minsk, selon lequel la mission de l'OSCE devait surveiller la frontière dans la zone de conflit.

Mon opposant a parlé de l'incapacité de l'Ukraine à mettre en œuvre les accords, mais n'a pas mentionné ces violations et d'autres encore commises par l'autre partie. D'ailleurs, l'un des Russes ayant travaillé sur les accords, Vladislav Surkov, a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de les mettre en œuvre. L'année dernière, Poutine a déchiré les accords de Minsk, mais mon adversaire répète de vieilles déclarations russes à ce sujet au lieu de demander pourquoi ils ont vraiment échoué. Les accords de Minsk sont le résultat de la défaite militaire de l'Ukraine face à l'offensive de l'armée régulière russe en août 2014. Il semble que l'opinion de mon adversaire soit que lorsqu'un État impérialiste force un pays plus faible à signer un accord, ce dernier doit s'y conformer quoi qu'il arrive, alors que le premier peut ne pas le faire. Cette approche est-elle juste ?

Mon adversaire croit toujours aux affirmations russes selon lesquelles, à la veille de l'invasion, l'Ukraine a soudainement intensifié son bombardement de Donetsk. Pourquoi n'essaient-ils pas d’analyser ce sujet un peu plus en détail ? La Russie a affirmé qu'il s'agissait d'un casus belli, tout comme les États-Unis ont affirmé qu'il y avait des armes de destruction massive en Irak. Mais aujourd'hui, même les commandants militaires russes admettent que l'Ukraine se préparait à une guerre défensive.

Mon opposant aurait commis moins d'erreurs s'il s'était intéressé à l'analyse de la gauche ukrainienne sur les accords de Minsk, à l'extrême droite en Ukraine et à la révolution de Maïdan. Maïdan était un soulèvement populaire spontané. L'Occident a condamné la violence des deux côtés et a forcé le gouvernement et l'opposition à faire des compromis. Les manifestants et l'opposition ont renversé Ianoukovitch malgré la position de l'Occident.

Je crains également la menace d'une guerre nucléaire. Pour l'Ukraine, ce risque est le plus grand. Mais succomber au chantage nucléaire n'est pas une solution. Il y a près de 30 ans, les États-Unis ont forcé l'Ukraine à céder son arsenal nucléaire à la Russie et ont refusé de lui fournir des garanties de sécurité fiables. En échange, la Russie s'est engagée à respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Si l'Ukraine est aujourd'hui livrée à elle-même en raison du chantage nucléaire de la Russie, quel signal enverra-t-elle aux autres pays ? Cela montrera au monde entier que les puissances nucléaires  peuvent faire chanter des pays plus faibles et obtenir ce qu'elles veulent. Le monde deviendra beaucoup plus dangereux.

Il y a un demi-siècle, le président américain Richard Nixon a tenté de faire chanter le Viêt Nam et l'Union soviétique de la même manière afin d'éviter une défaite dans ce pays. Heureusement, ils n'ont pas succombé au chantage à l'époque. Nous ne devrions pas non plus le faire aujourd'hui.

Le fait que les élites occidentales profitent de l'invasion de l'Ukraine par la Russie pour augmenter les dépenses militaires est certainement un problème. Pourtant, une victoire russe pourrait conduire à une course aux armements encore plus importante. S'opposer à l'aide militaire à l'Ukraine parce que des entreprises en tirent profit revient à s'opposer aux programmes de vaccination parce que Big Pharma en tire profit. En outre, le refus de l'Occident de fournir des armes ne fera que renforcer l'extrême droite en Ukraine et en Russie, tandis que la défaite de la Russie sera l'occasion de lutter contre le militarisme et la réaction.

Enfin, je voudrais remercier mon adversaire. De nombreux auteurs ont dissimulé leurs propositions visant à forcer les Ukrainiens à capituler en prétendant qu'ils «se soucient» des Ukrainiens. Mais mon adversaire est au moins honnête : il ne cache pas son indifférence au sort des Ukrainiens. Au lieu de la solidarité internationale, ces commentateurs parlent des intérêts nationaux des pays les plus riches du monde et brandissent la charte de l'OTAN pour prouver qu'ils n'ont aucune obligation envers le peuple d'un pays plus pauvre. Merci pour votre honnêteté.

Dimitri Lascaris : En décidant comment réagir à la guerre en Ukraine, les militants de gauche occidentaux pourraient adopter un certain nombre de positions. À l'extrémité du spectre, les militants de gauche pourraient prôner l'alignement total de l'Occident sur l'une des parties au conflit, rendant ainsi les États occidentaux co-parties à une guerre dangereuse sur le plan existentiel.

En substance, c'est la position que l'OTAN a adoptée : en fournissant une aide économique et militaire à l'Ukraine, telle que des armes des plus perfectionnés, des renseignements en temps réel sur le champ de bataille et une formation militaire (y compris pour des unités néo-nazies), et en approuvant tacitement la participation au conflit de mercenaires formés par l'OTAN, les États occidentaux sont devenus les co-parties d'une guerre contre une Russie dotée de l'arme nucléaire. Une position plus modérée – et de gauche – consisterait à reconnaître qu'aucune partie n'a les mains propres dans ce conflit et que la réponse de l'Occident devrait se limiter à l'aide humanitaire ainsi qu'à des efforts diplomatiques vigoureux, fondés sur des principes pour mettre fin à la guerre.

Ma position est la position modérée. Mon adversaire, en revanche, défend la position extrême. Ce faisant, il s'est aligné sur l'OTAN. Le président américain Joe Biden et ses alliés de l'OTAN prétendent armer l'Ukraine au nom de tout ce qui est sacré pour les gens honnêtes, mais des décennies d'agression et de désordre de la part des États-Unis ne devraient laisser aucun doute sur le fait que l'intervention n'a rien à voir avec les droits humains, la démocratie ou le droit international.

L'objectif singulier et évident de l'intervention occidentale dans cette guerre est plutôt d'affaiblir un rival géopolitique (la Russie) et d'améliorer les conditions d'un assaut contre un rival encore plus redoutable (la Chine), et de perpétuer ainsi la position d'hégémonie mondiale dont les États-Unis jouissent depuis la disparition de l'Union soviétique. En fait, l'OTAN utilise les Ukrainiens pour promouvoir un programme hégémonique. Malheureusement, les militants de gauche occidentaux qui n'ont pas compris cela se sont involontairement transformés en idiots utiles de l'empire anglo-américain. De plus, mon adversaire n'a pas répondu aux points clés que j'ai soulevés.

Tout d'abord, mon adversaire ne nie pas que le parlement ukrainien a déclaré une fête nationale en l'honneur de Bandera.

Deuxièmement, mon adversaire ne dit rien sur la corruption en Ukraine ou sur le risque que des armes occidentales se retrouvent entre les mains de criminels.

Troisièmement, mon adversaire ne nie pas que le gouvernement ukrainien n'a pas respecté les accords de Minsk. Il affirme plutôt que la Russie et ses alliés ukrainiens les ont également violés. Même si cela est vrai, cela signifie simplement qu'en ce qui concerne Minsk, personne n'a les mains propres.

Quatrièmement, mon adversaire ne dit rien sur les obstacles insurmontables à une victoire militaire ukrainienne. En cherchant à prolonger une guerre que l'Ukraine ne peut pas gagner, ces militants de gauche ne servent pas les intérêts du peuple ukrainien. Alors même qu’ils accusent de façon moralisatrice la gauche anti-guerre d'être l'ennemie des Ukrainiens, ils contribuent à assurer la destruction finale du pays. À gauche, les véritables ennemis du peuple ukrainien sont ceux qui soutiennent la guerre par procuration de Biden.

Cinquièmement, mon ami ne nie pas que les États-Unis se sont engagés auprès du gouvernement soviétique à ce que l'OTAN ne s'étende pas vers l'Est. Mon adversaire soutient plutôt que l'engagement des États-Unis est devenu nul et non avenu lorsque l'Union soviétique s'est désintégrée. Selon ce raisonnement erroné, les engagements vitaux pris par d'autres États à l'égard du Canada deviendraient caducs si le Québec se séparait du pays.

Enfin, mon adversaire dénonce le recours au «chantage nucléaire» par la Russie. Quelle ironie ! Personne n'est plus coupable de «chantage nucléaire» que la superpuissance sur laquelle la position de mon adversaire est alignée. Un seul État – les États-Unis – a utilisé des armes nucléaires. En outre, ce sont les États-Unis qui se sont retirés du traité sur les missiles antibalistiques en 2001, de l'accord nucléaire avec l'Iran en 2018 et du traité sur les forces nucléaires intermédiaires en 2019. Comme on pouvait s'y attendre, ces politiques américaines imprudentes ont relancé la course aux armements.

Mon adversaire ne nie pas que le gouvernement russe considère cette guerre comme une menace existentielle. C'est précisément la raison pour laquelle la référence de mon adversaire à la menace de Nixon d'utiliser des armes nucléaires pendant la guerre du Viêt Nam n'est pas pertinente dans le contexte actuel. La guerre du Viêt Nam s'est déroulée loin des côtes américaines, tandis que la guerre en Ukraine se déroule à quelques centaines de kilomètres de Moscou. Quelqu'un doute-t-il que le gouvernement américain envisagerait sérieusement l'utilisation d'armes nucléaires si une alliance militaire massive et hostile s'engageait dans une guerre à quelques centaines de kilomètres de Washington ? Avons-nous déjà oublié à quel point le monde a frôlé la guerre nucléaire lorsque l'Union soviétique a cherché à placer des armes nucléaires à Cuba ?

La façon rationnelle et humaine de mettre fin au «chantage nucléaire» n'est pas de jouer à la roulette russe avec l'avenir de nos enfants. Il s'agit plutôt d'exercer une pression sans relâche sur nos propres gouvernements pour qu'ils poursuivent le désarmement nucléaire. En attendant, l'holocauste nucléaire est un risque existentiel auquel nous devons faire face. Le meilleur moyen de le réduire est de désamorcer les conflits entre les États dotés de l'arme nucléaire.

Notes

[1] Membre du comité de rédaction de Commons.

[2] Avocat et journaliste canadien