Texte du groupe ukrainien « No Borders Project/ Projekt Bez Kordoniv » sur la détention de Maksym Butkevich, défenseur ukrainien des droits humains et anti-raciste, fait prisonnier par l'armée russe [ma traduction]

Language
français
Date
July 14, 2022
Author
Evguénia Markon
Tags
WGoccupiedanarchistrefugeesButkevychPOW
www (1)

Le 24 juin, Maksym Butkevich, cofondateur et coordinateur du Projet No Borders, ainsi qu'au moins 13 soldats de son unité, ont été capturés par l'armée russe dans la région de Luhansk.

Le Projet No Borders occupe une place prépondérante dans les activités de Maksym, aussi, lorsque la campagne publique a commencé, nous avons pensé qu'il fallait clarifier quelques points essentiels et avons rédigé ce texte.

Nous, les amis et les parents de Maksym, sommes très préoccupés par son sort, son état et ses conditions de détention, et bien sûr, nous souhaitons sa libération rapide. Nous ne souhaitons pas focaliser l'attention uniquement sur lui, car nous sommes convaincus que tous les prisonniers de guerre, y compris les 13 confrères de son unité, ainsi que les civils détenus par l'armée russe devraient pouvoir communiquer avec les organisations internationales, bénéficier de conditions de détention décentes et être libérés le plus rapidement possible. Cependant, nous écrivons seulement sur lui maintenant, parce que les parents des autres soldats veulent maintenir la confidentialité ; nous respectons leurs souhaits et y adhérons pleinement. Une autre raison du choix de lancer une campagne publique est la diffusion de fausses informations sur Maksym Butkevich par la propagande russe, contre laquelle nous considérons qu'il est nécessaire de fournir des informations fiables aux interlocteurs ukrainiens et internationaux (nous n'avons par contre pas l'intention d'entrer dans une discussion avec les ressources d'information de la propagande russe car c'est inutile). Nous demandons que notre message soit diffusé et que tous les moyens possibles soient utilisés pour réclamer la localisation, le traitement digne et, enfin, la libération de Maksym et de toutes les personnes détenues.

Maksym est surtout connu pour son activisme en faveur des droits de l'homme. Il a travaillé comme journaliste en Ukraine et ailleurs, puis a travaillé pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, avant de devenir un militant des droits de l'homme.

Maksym a commencé à militer très jeune : il a pris part aux manifestations de rue de la révolutiion dite « sur le granit » [manifestations d’étudiants soviétiques ukrainiens en 1990]. Et à l'époque de ses études à l'université Taras Shevchenko, il a rejoint, avec d'autres militants anarcho-activistes, l’organisation étudiante indépendante Pryama diya [Action directe]. Ensuite, de nombreuses manifestations de rue ont été lancées par des mouvements anti-autoritaires contre la répression, la violence policière, les mouvements d'extrême droite, les régimes dictatoriaux, le racisme, la discrimination et d'autres formes de harcèlement. Maksym a participé activement à divers projets d’organisation et de droits de l'homme dans le domaine médical en Ukraine et dans d'autres pays. Il est également conférencier invité à la NAUKMA (Académie Kyiv-Mohyla).

En 2008, il a été arrêté alors qu'il couvrait une manifestation alterglobaliste contre le G8 à Saint-Pétersbourg. Butkevich a été accusé d'avoir désobéi à la police, alors qu'il participait à la manifestation en tant que journaliste. La Cour européenne des droits de l'homme a par la suite jugé cette détention illégale.

En 2013-14, Maksym a activement documenté les événements du Maïdan en tant que journaliste pour la radio indépendante « Hromadske », dont il fait partie des fondateurs.

Depuis 2014, il est également devenu un membre actif du « Comité de solidarité avec les otages du Kremlin », luttant activement pour la libération des prisonniers politiques ukrainiens, en particulier Gennady Afanasyev, Oleg Sentsov, Sasha Kolchenko et Evgeny Karakashev. Ce n'est qu'en 2019 que Maksym a changé les t-shirts avec des silhouettes de Kolchenko et de Sentsov qu'il portait habituellement pour le familier "Personne n'est illégal", un slogan bien connu qui figure sur le logo du projet No Borders.

À propos du Projet No Borders

Il y a 16 ans et presque 5 mois, le Projet No Borders est né d'une communauté de militants protestant contre l'expulsion illégale de onze demandeurs d'asile d'Ouzbékistan sur le territoire ukrainien, fuyant les persécutions politiques des autorités de leur pays (https:// khpg.org/1171631429).

Depuis lors, l'équipe du projet a connu de nombreuses transformations, passant d'une initiative militante de base à une section de l'ONG Centre d'action sociale [Centr Social'na Dija], puis redevenant une initiative gérée par des bénévoles. Max participe à No Borders depuis les premiers jours. L'équipe du projet a beaucoup fait pour améliorer, au moins un peu, la situation des droits des demandeurs d'asile en Ukraine et la vie de certains réfugiés en particulier. Comme d'autres, Max a conseillé les gens, les a rencontrés dans les aéroports et les gares routières, expliquant parfois aux autorités frontalières pourquoi elles devaient laisser entrer dans le pays une personne qui avait l'intention de demander une protection, les a accompagnés à l'AMF (service des migrations), en cas de détention illégale, a exigé un licenciement rapide des fonctionnaires responsables de ces détentions, a assuré la recherche de produits de première nécessité, a collecté de l'aide humanitaire et des fonds pour des cas individuels, a surveillé et démystifié les stéréotypes xénophobes sur les migrants dans les médias, et a participé à des événements éducatifs antiracistes, en particulier pour les journalistes. Maksym pouvait être appelé à tout moment, de jour comme de nuit. Les bénéficiaires du projet ont informé d'autres personnes ayant besoin d'aide.

Depuis 2014, l'équipe du projet No Borders a créé, avec d'autres organisations, le « Centre de ressources pour les personnes déplacées » et a aidé les personnes déplacées du Donbass et de la Crimée en leur fournissant de la nourriture, des vêtements, des médicaments, des conseils et en les orientant vers des initiatives qui offrent des conseils juridiques et une aide dans leurs recherches. Au début de l'année, le projet a créé l'initiative " La Maison des amis ", qui a permis de mettre en relation des personnes déplacées ayant besoin d'un logement temporaire avec des habitants de villes plus sûres qui ont offert leur logement gratuitement.

Pendant l'Euromaïdan, Maksym et d'autres militants de No Borders ont mis en place un monitoring 24 heures sur 24 au siège du bureau principal du Service national des migrations [AMF], qu'ils ont ensuite démantelée. Ils ont signé un mémorandum avec le service ukrainien des migrations sur sa réforme et la mise en œuvre de changements qui rendraient l'accès à la procédure d'asile équitable et confortable et garantiraient le respect des droits des demandeurs d'asile en Ukraine. Deux ans plus tard, M. Butkevich a rejoint le Conseil public de l'AMF en tant que représentant de l'ONG, qui comprenait le Project No Borders. Lors des réunions du Conseil, Maksym a soulevé la question du manque d'interprètes dans les bureaux de l'AMF, de la violation des droits des demandeurs d'asile, et a milité pour l'abolition de la pratique du profilage ethnique par les forces de l'ordre dans les rues de Kiev, et il s'est catégoriquement prononcé contre la fameuse opération "Migrant" car elle est raciste et discriminatoire par nature. L'interaction avec l'AMF s'est ensuite arrêtée, mais Maksym a continué à travailler activement pour aider les réfugiés d'Ouzbékistan, de la Fédération de Russie, d'Asie centrale, du Moyen-Orient, d'Afrique et, ces dernières années, de plus en plus en Biélorussie, où de nombreuses personnes ont fui le régime sanglant de leur "président" illégitime. Nous avons essayé par tous les moyens de les soutenir ici et avons activement plaidé pour l'établissement d'une protection temporaire pour les réfugié.e.s de Biélorussie (https://bit.ly/3z4m6Jt).

L’invasion à grande échelle par la Fédération de Russie

Lorsque l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par les troupes russes a commencé en février, Maksym s'est porté volontaire au bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire presque immédiatement. Pendant qu'il attendait chez lui à Kiev, il a aidé à emmener ses compagnons de No Borders, ainsi que des personnes à mobilité réduite, dans les régions occidentales du pays ou à l'étranger. Par la suite, portant déjà son uniforme militaire, il a continué à conseiller et à consulter brièvement sur les situations liées au projet chaque fois que cela était possible.

Maksym a lui-même déclaré à propos de son adhésion à l'AFU : "J'ai été un antimilitariste toute ma vie consciente et je le reste par conviction. Je ne crois pas que la structure militariste doive être étendue au-delà des secteurs pour lesquels elle a été créée. Cependant, en ce moment, je me sens à ma place. Je ne suis pas dans l'armée pour la vie. Je le serai aussi longtemps qu'il le faudra pour protéger ce qui a le plus de valeur. Je ne peux pas dire que l'armée offre une vie confortable. C'est un contraste avec la vie que j'avais avant l'invasion à grande échelle. Mais je ne peux pas dire que je ressente un quelconque malaise non plus. Les temps sont tragiques. Chacun fait ce qu'il peut là où il se trouve." (https://bit.ly/3Pu93GO)

Le 24 juin, une vidéo avec des soldats ukrainiens captifs, dont Maksym, est apparue sur des forums publics et des sources d'information pro-russes. C'est ainsi que nous avons découvert que Maksym était en captivité. En réponse à certaines questions posées par les médias, et peut-être en avance sur celles-ci, nous tenons à signaler que nous n'avons pas eu et n'avons pas de contact avec Maksym depuis le 19 juin ; nous, comme ses autres amis, sa famille et ses proches, ne savons pas où il serait détenu avec 13 autres personnes de son peloton, ni son état de santé, ni aucune autre information. Malheureusement, nous n'avons que des vidéos prises par les forces d'occupation. Nous voulons tous en savoir plus, au minimum. Nous nous efforçons d'obtenir plus d'informations sur Maksym et les soldats du peloton qu'il commandait, et qu’il a ensuite tous licencier.

Sur les mensonges de la propagande russe pro-guerre

Ceci est bien sûr loin d'être une nouvelle, et les publications pro-russes de propagande conçues pour inciter de plus en plus à la haine et appeler à la violence ne devraient pas être prises au sérieux ou lues du tout. Cependant, Max a été pris pour cible par ces derniers et a été traité de "commandant nazi" de manière tout à fait injustifiée.

A plusieurs reprises, Max a dénoncé publiquement (https://bit.ly/3uLwxzg et https://bit.ly/3c9OQYf) le racisme, la xénophobie, la discrimination, l'antisémitisme, la romaphobie, l'homophobie, le fascisme et le nazisme. Il est facile de trouver de nombreuses preuves de cette affirmation sur le net, c'est pourquoi nous n'avons laissé ici que quelques-unes des plus récentes.

Il y a un peu moins d'un an, par exemple, il était frappé par l'extrême droite (https://bit.ly/3AIBj4e) sous les fenêtres de la Cour d'appel de Kiev. Par une ironie du sort incroyablement amère, la photo de Max Butkevich a migré du portail ukrainien d'extrême droite « Volier » vers les ressources russes pro-guerre chauvines, alors qu'il est aussi opposé aux idées néo-nazies qu'au régime de Poutine et à l'idée xénophobe d'un "monde russe".

Maksym n'avait aucune expérience du combat avant 2022, à l'exception d'une formation dans le département militaire parallèlement à un diplôme de philosophie, et n'avait jamais servi dans l'armée auparavant. Avec lui, dans son peloton, se trouvaient des hommes ordinaires, qu'il décrit lui-même :

"Tout d'abord, permettez-moi de parler de mes impressions sur les camarades avec lesquels je sers. C'est un échantillon de la société. Il y a des gens de tous les horizons, de différentes régions d'Ukraine, avec des éducations différentes, des points de vue sur la religion, la langue parlée. Il n'y a pas, et il ne peut y avoir, de problème de langue entre les soldats. L'ukrainien, le russe et le surzhyk [langue mixte entre ukrainien et russe] sont tous représentés ici. Tout le monde interagit et apprend ensemble et est uni par une seule idée : défendre l'Ukraine" (https://bit.ly/3Pu93GO).

Nous espérons donc que ce texte permettra à toutes les personnes intéressées de mieux comprendre à quel point la propagande russe est orwellienne lorsqu'elle tente de qualifier de nazi un militant des droits de l'homme qui, par ses propres actions et son exemple, incarne les valeurs de volonté, de non-discrimination et d'égalité. Nous sommes sûrs qu'il incarnera encore ces valeurs. Nous l'attendons avec impatience.

Liberté pour tous ceux qui sont détenus par les forces russes et #freeMaksymButkevych.

Le lien pdf si vous voulez le diffuser à vos orga, médias pour participer à la campagne publique : https://drive.google.com/.../1xqbux3Uw2WNWVrb8G4y2b9Zq7AX.... Préparez-les à signer bientôt un communiqué d'orga pour le soutien de Maks !