Pour la solidarité concrète, finançons le Noël ouvrier du syndicat de Kryvyi Rih

Nos camarades du syndicat de Kryvyi Rih vont aller distribuer des cadeaux pour les enfants des travailleurs et travailleuses, dans les mines, à l’aciérie, dans les entreprises et les quartiers de la ville. Aidons-les !

La guerre que mène le régime de Poutine en Ukraine a des conséquences dramatiques ; plus encore avec l’arrivée de l’hiver, car les frappes de missiles russes provoquent de nombreuses coupures de courant. La population ukrainienne résiste, les syndicalistes sont particulièrement actifs et actives : nombreux et nombreuses à s’être engagé∙es dans la défense territoriale, ils et elles poursuivent aussi la lutte contre les mesures antisociales du gouvernement ukrainien et contre les patrons qui profitent de la guerre pour s’attaquer aux droits des travailleurs et travailleuses.

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes ont déjà organisé des convois syndicaux en Ukraine, amené du matériel pour répondre aux demandes de nos camarades syndicalistes sur place, rencontré et discuté avec celles et ceux qui subissent la guerre depuis fin février. Nous sommes en contact régulier avec des militantes et militants qui agissent pour l’émancipation sociale, dans ces circonstances si difficiles. Le 17 décembre, nous avons pu nous entretenir avec les responsables syndicaux de Kryvyi Rih, dans la région de Dnipropetrovsk, membres de la Confédération des syndicats libres d’Ukraine (KVPU).

La veille, des missiles étaient tombés sur le quartier ouvrier de la ville, faisant des morts, dont des enfants. Les frappes sont quotidiennes depuis plusieurs jours. Il y a une grande crainte avec l’hiver qui arrive, car beaucoup de maisons n’ont pas de chauffage. Les frappes menacent aussi écoles et crèches. Les missiles frappent aussi les lieux de travail, des entreprises, des chantiers. Cela signifie des victimes. Les patrons prennent en compte la situation bien sûr, mais ils restent des patrons et leur priorité est la production et la productivité ; le syndicat doit sans cesse intervenir pour faire respecter les droits, et c’est plus difficile depuis les dernières lois antisociales ; il y a par exemple des mineurs, les délestages électriques, ça signifie rester sous terre parfois 24 heures de plus que prévu.

Le syndicat va organiser un « Noël ouvrier ». Il s’agit de maintenir et renforcer la cohésion populaire, déjà très forte face à l’agression militaire russe. Par ce Noël ouvrier, le syndicat montre, une nouvelle fois, que les travailleurs et les travailleuses s’organisent directement, eux-mêmes et elles-mêmes, sans s’en remettre à des institutions ou autres groupes dont les intérêts ne sont pas les nôtres. Dans le contexte ukrainien, les syndicalistes de Kryvyi Rih veulent aussi se réapproprier cette période de « fêtes des Noël », comme moment de convivialité laïc, progressiste, émancipateur. A l’image du 8 mars, journée internationale de lutte des femmes que beaucoup veulent toujours caricaturer par une « journée de la femme » aux contours réactionnaires.

Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes vous appelle à participer à la campagne de dons que nous venons de lancer. Avec ces dons et l’appui des syndicats membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes, nous financerons un nouveau convoi syndical vers l’Ukraine. Mais nous proposons de réserver une partie de la somme, dès maintenant, pour le Noël ouvrier de Kryvyi Rih. Bien sûr, nous informerons de l’utilisation de ces dons.