Mouvement social (Ukraine) : ce qui se passe en Ukraine et pourquoi la solidarité de gauche est importante

Language
français
Date
May 20, 2022
Author
Nataliia Lomonosova Oleksandr Kyselov
Tags
campism
www (1)

Nataliia Lomonosova et Oleksandr Kyselov, la délégation du Mouvement social d’Ukraine (Sotsialnyi Rukh) à la conférence annuelle de l’Alliance rouge-verte danoise (Enhedslisten), ont présenté leurs salutations à ses délégués le 15 mai. L’Alliance rouge-verte est connue en danois sous le nom de Enhedslisten-De Rød-Grønne parce qu’elle a débuté en 1989 comme une alliance électorale des socialistes de gauche, du Parti communiste du Danemark et du Parti socialiste ouvrier.

À l’heure où nous parlons, la guerre se poursuit : même dans les régions les plus reculées de l’Ukraine, des missiles sont tirés, des gens sont tués, des infrastructures et des logements sont détruits, privant les vivants de l’accès aux besoins les plus élémentaires. La guerre a fait des millions d’Ukrainiens déplacés internes dans leur propre pays ou des réfugiés à l’étranger.

On peut voir des dizaines de personnes continuer à vivre dans le métro de Kiev car leurs maisons ont été démolies par les bombes russes. On peut voir des établissements de soins dans l’ouest de l’Ukraine surpeuplés de personnes vulnérables, de personnes âgées, de personnes handicapées qui font l’expérience d’une évacuation épuisante et dangereuse, un chemin long et effrayant après que leurs établissements de soins ou leurs pensionnats aient été bombardés volontairement.

Au lieu d’une hypothétique considération sur quel impérialisme est une plus grande menace, nous sommes ici confrontés aux conséquences d’un assaut brutal lancé par un impérialisme spécifique, le russe.

De nombreux gauchistes du monde entier ne cessent de parler de paix. Mais la paix n’est pas un concept abstrait : chaque action, chaque décision, chaque mot a des implications dans la vie réelle. Sans pouvoir, sans soutien, sans armes, cela signifie se rendre aux exigences russes et accepter un protectorat étranger de facto et l’occupation de nos territoires. Et nous avons vu ce que le monde russe apporte avec lui : meurtres aveugles, pillages, arrestations arbitraires et disparitions forcées, violences sexuelles et déportations.

Il n’est pas étonnant que la résistance populaire ait réuni un large éventail de personnes prêtes à tout sacrifier pour défendre leur foyer contre l’envahisseur : des professionnels urbains, des hooligans du football et nos collègues syndicalistes. Ils ne peuvent pas arrêter les chars et les missiles russes avec de simples mots, et ils n’ont pas le privilège de raisonner sur la solution idéale. Dans ce cas, refuser de soutenir ses collègues travailleurs, c’est les poignarder dans le dos.

Hier, quelqu’un a comparé la situation au fait de donner un couteau à l’un des garçons qui se battent dans la cour de récréation. Eh bien, pour commencer, le garçon qui a commencé la bagarre, une brute coriace, a déjà des couteaux dans les deux mains. Allez-vous donc vous contenter de regarder un autre garçon se faire massacrer, ou vous soucier d’intervenir ?

Ceci étant dit, nous apprécions profondément et nous sommes extrêmement reconnaissants envers Enhedslisten pour sa volonté de s’engager dans la nouvelle réalité et de ne pas craindre d’assumer la responsabilité de décisions difficiles.

En ce qui concerne notre gouvernement, nous vous demandons instamment de séparer cette question de l’aspiration du peuple à l’autodétermination et au droit à l’autodéfense. S’il vous plaît, ne présumez pas, ne généralisez pas et ce n’est pas seulement vrai en ce qui concerne notre pays. La plupart des Ukrainiens ont toujours été très critiques à l’égard de nos gouvernants, et plus encore à l’égard de Sotsialny Rukh en tant qu’organisation socialiste.

L’establishment ukrainien peut être très cynique et manipulateur et utiliser la rhétorique patriotique pour faire avancer les programmes néolibéraux les plus fous. La guerre continue et de nombreux problèmes s’exacerbent, les gouvernements locaux et les activistes sont débordés par les évacuations ou la fourniture d’abris et de besoins de base aux réfugiés.

Dans le même temps, le gouvernement national a déjà pris quelques mesures dans la mauvaise direction. Il s’agit notamment de limiter le pouvoir des syndicats, de réduire le contrôle sur les employeurs et de tenter de déréglementer les relations de travail. On entend dire qu’en ces temps difficiles, l’économie de l’État repose sur les entrepreneurs qui paient des impôts et des salaires. D’une certaine manière, le rôle des travailleurs est absent de ce tableau. Nous considérons qu’il est de notre devoir de le rappeler au gouvernement. Il ne faut pas non plus oublier les milliers de travailleurs publics - dans le domaine des soins de santé, du secteur social, de l’éducation, des transports publics - qui mettent leur vie en danger pour remplir leurs fonctions, tous ceux qui, en même temps, le font avec le salaire minimum.

Nous sommes parfaitement conscients de ses lacunes, mais c’est le seul gouvernement qui existe. En tant qu’activistes de gauche, nous devons faire avec, en concentrant nos efforts sur l’atténuation et la construction de réseaux capables de garder ce gouvernement sous contrôle, tout en essayant de survivre à la guerre.

Ce qu’est Sotsialnyi Rukh, ce qu’il a fait et fait encore

C’est ce que nous avons fait au cours des derniers mois. Nous, Sotsialnyi Rukh, sommes une plateforme qui unit la gauche progressiste en Ukraine. Créé en 2016, Socialny Rukh vise à terme la création d’un parti politique pour représenter la classe ouvrière et défendre des voies alternatives de développement social. Aujourd’hui, nous avons nos branches dans les principales villes du pays - Kiev, Odessa, Lviv, Dnipro, Kharkiv, Kryvyi Rih - et des sympathisants dans les autres.

Nous avons toujours mis l’accent sur les droits des travailleurs : nous soutenions les mouvements syndicaux indépendants et luttions ensemble contre les tentatives persistantes de déréglementation, et pour de meilleures conditions de travail. Quels que soient les besoins, nous étions là : aide juridique, soutien médiatique, organisation d’actions de rue et solidarité. Au fil des ans, nous avons réussi à établir des liens solides avec les mineurs, les cheminots, les ouvriers du bâtiment et les grutiers, les infirmières et les conducteurs de trolleybus.

Sotsialnyi Rukh a toujours promu un programme féministe socialiste. Nous soutenons le mouvement de protestation des infirmières et du personnel soignant et demandons la reconnaissance du travail reproductif rémunéré et non rémunéré. Nous luttons contre la discrimination sur le lieu de travail et contre l’inégalité économique. En outre, nous nous efforçons d’introduire des perspectives de gauche dans les questions de société au sens large et abordons les thèmes du changement climatique, de l’antifascisme, des droits LGBT+ et du loyer équitable pour les habitants des villes.

Nous ne nous sommes pas non plus tenus à l’écart lorsque la guerre a commencé. Au milieu du choc et de la confusion, nos militants s’enrôlaient dans les unités de défense territoriale, collectaient et distribuaient l’aide humanitaire, rejoignaient et coordonnaient les réseaux de bénévoles pour soutenir les personnes déplacées et les militants en danger, ceux qui cherchaient un abri et allaient en première ligne.

Au niveau organisationnel, nous sommes devenus la voix de la gauche en essayant d’atteindre nos partis et mouvements frères à l’étranger pour construire des réseaux de solidarité transnationaux : en passant des appels, en prononçant des discours, en faisant des pétitions et en persuadant. Compte tenu des préjugés et des perceptions erronées largement répandus, les discussions étaient parfois épuisantes sur le plan émotionnel, mais avec le soutien inestimable du Razem polonais, nous avons pu créer une plate-forme commune pour la solidarité de la gauche européenne, appelant à un soutien sans équivoque de la lutte du peuple ukrainien contre l’impérialisme et à l’annulation de la dette extérieure injuste. Nous sommes fiers de compter Enhedslisten parmi les signataires. De plus, nous avons été heureux d’accueillir vos représentants en tant qu’invités à Lviv, ainsi que des parlementaires et des syndicalistes de différents pays, venus obtenir des informations de première main de la part des acteurs civils sur le terrain. Parallèlement, nous nous efforçons de mettre en relation différentes initiatives de travailleurs dans le pays et à l’étranger : à ce jour, trois convois humanitaires d’aide aux travailleurs ont déjà été envoyés en Ukraine.

Étant probablement la seule voix de gauche dans le pays, et attirant beaucoup d’attention, nous nous sentons encore plus responsables d’être un champion de la classe ouvrière et de construire un sujet politique solide à la base, alors que la guerre se termine. Aujourd’hui, Enhedslisten collecte des fonds pour Sotsialnyi Rukh et nous apprécions chaque centime.

L’avenir et les remarques finales

Nous partageons vos préoccupations concernant les problèmes sociaux et sanitaires, les infrastructures et l’éducation. Et nous espérons qu’un jour viendra où la guerre sera terminée, et que nous pourrons nous concentrer exclusivement sur la lutte pour des salaires équitables pour les infirmières et les travailleurs sociaux, pour le droit à la ville et à un loyer équitable, comme nous le faisions avant le 24 février. Mais nous pensons également que poser une question selon laquelle vous devez choisir entre les dépenses pour les soins de santé et le secteur social dans votre pays ou pour l’aide militaire à l’Ukraine pourrait être à courte vue dans une perspective à long terme. Si l’Ukraine perd la guerre et est complètement occupée par la Russie, la militarisation croissante et l’augmentation des dépenses militaires sont inévitables partout en Europe. Il n’est pas difficile d’imaginer à quel prix cela se fera.

« Un État-providence fort n’est pas un luxe » - cela a été dit hier. Les Ukrainiens ont aussi le droit de l’avoir et de se battre pour lui. Et il est impossible d’imaginer un passage à un socialisme démocratique sous l’occupation russe. La position unie de la gauche internationale, qu’il s’agisse de soutenir l’aide militaire ou l’annulation de la dette extérieure ukrainienne, nous aidera non seulement à nous défendre mais aussi à construire une société plus solidaire et égalitaire après la guerre.

Avec un peu de chance, la guerre va se terminer, ce qui vient ensuite est la reconstruction du pays après la guerre. Très probablement, le soutien nécessaire à cette fin viendra de l’Occident. Il est de la plus haute importance de vérifier les conditions dans lesquelles cette aide sera apportée. Cette aide ne doit pas s’accompagner d’une dépendance asservissante aux prêts et aux nouvelles politiques d’austérité.

Nous ne voyons la reconstruction de l’Ukraine que comme un projet à vocation sociale visant à aider la population du pays, plutôt qu’à enrichir les élites commerciales locales et étrangères. Le projet consisterait à reconstruire les installations sociales et les logements et à se concentrer sur l’amélioration de la vie des travailleurs ordinaires, et non à rendre le pays plus attrayant pour les entreprises étrangères. Nous vous demandons d’adopter une position ferme en soutenant ce type de reconstruction d’après-guerre.

Enfin, il va sans dire qu’aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’Ukraine qui est attaquée, les peuples du Kurdistan et de Palestine mènent depuis longtemps leurs batailles pour la liberté ! Il serait hypocrite d’ignorer leurs souffrances, c’est pourquoi nous tenons à exprimer notre soutien total à leurs luttes.

Vive la solidarité internationale !

Publié le Vendredi 20 mai 2022 à 16h19

tiré d’Europe solidaire sans frontières: http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article62577