"Le bus avait une inscription " Ecole " écrit en ukrainien : comment une famille de Mariupol a été déportée en Russie.

Language
français
Date
July 13, 2022
Author
ZMINA
Tags
WGoccupiedfeminismrefugees
www (1)

Pendant les combats actifs et l'occupation des zones peuplées en Ukraine, l'armée russe, sous couvert d'évacuer les gens des sous-sols et de les détenir dans les rues, les envoie dans des camps dits de filtration. C'est ainsi que les envahisseurs essaient de trouver des "nationalistes ukrainiens" - ils les cherchent parmi les retraités, les femmes et même les enfants. Si dans un tel camp il est "prouvé" qu'une personne n'est pas un "nationaliste", ils l'expulsent vers la Russie sous couvert de "sauvetage contre les bombardements". La famille de Natalia, originaire de Mariupol, est passée par là. La femme, sa fille de neuf ans et son fils de 22 ans se sont retrouvés en Russie, après être montés dans ce qu'ils pensaient être un bus d'évacuation vers l'Ukraine.

Albina, la belle-sœur de Natalia, a raconté à ZMINA le voyage de la famille depuis Mariupol, qui compte désormais les jours pour quitter la Russie. Elle a recherché ses proches via les réseaux sociaux et en collaboration avec les services de sécurité, et se prépare maintenant à mettre la famille en sécurité pour la première fois.

Natalia, originaire de Mariupol, a un fils de 22 ans, Andrei, et une fille de neuf ans, Nastia. Elle est la demi-sœur d'Oleg, l'ex-mari d'Albina, originaire de Bakhmut. Même après le divorce d'Albina et d'Oleg, les femmes ont maintenu une relation étroite et leurs enfants étaient amis - chaque année, Albina et sa fille Sasha se rendaient à Mariupol pour emmener Nastya à Bakhmut pour les vacances d'été.

"Ils ont grandi ensemble avec ma fille Sasha. Ils étaient avec nous tout le temps pendant l'été. Les filles se ressemblent même entre elles", dit Albina.

Lorsque la Russie a déclenché la guerre à grande échelle contre l'Ukraine, Albina et Sasha sont restés en contact avec leurs proches à Mariupol. Natalia a parlé de la façon dont la ville était constamment bombardée. Mais la situation dans la ville portuaire était de plus en plus difficile, les problèmes de communication devenant de plus en plus sérieux.

Au début du mois de mars, Albina a reçu un appel de Nastia sur Vyber. Cependant, en raison de la mauvaise connexion, la femme ne pouvait pas entendre ce que l'enfant disait. La jeune fille a presque immédiatement enregistré un message vocal pour sa tante. Elle a dit qu'elle courait pour se protéger avec sa petite amie parce que sa mère avait disparu. Des explosions retentissaient en arrière-plan. Depuis ce soir-là, Albina a essayé de contacter ses proches pendant des semaines, mais en vain.

Après avoir tenté en vain de retrouver un quelconque contact avec ses proches, Albina a soumis une demande au service de recherche de mineurs. La photo de l'enfant a circulé sur des groupes Facebook à Mariupol, avec des centaines de reposts. Grâce à cela, à la mi-avril, Nastia, neuf ans, et sa famille ont été retrouvés.

Albina a été contactée par Natalia. Cette femme a indiqué qu'elle, ses enfants et certains habitants de Mariupol avaient été envoyés dans un camp de filtration. C'est là qu'ils ont appris qu'ils étaient recherchés et qu'ils ont trouvé un numéro de téléphone à appeler : on connaissait par cœur le numéro d'Albina, qui était l'une des rares personnes proches d'elle.

Albina se souvient que lorsque sa parente Natalya a appelé pour la première fois le numéro "filtrant", elle a été extrêmement laconique. La femme a raconté ce qui s'est passé après le message vocal envoyé par sa fille :

"On leur a dit plusieurs fois qu'il y aurait une évacuation. Les gens sont partis pour l'évacuation, les bombardements n'ont pas cessé. Ils sont retournés à l'abri. Une évacuation a été annoncée à nouveau. Ils sortent - ils se font tirer dessus. Cela s'est produit plusieurs fois. Alors quand on leur a dit qu'ils seraient à nouveau évacués, ils n'ont pas voulu sortir."

La famille avait déjà passé 33 jours dans le sous-sol quand des personnes sont entrées sans autorisation et ont annoncé qu'elles étaient sur le point de procéder à une "évacuation" certaine.

"Natalia et les enfants étaient assis sans aucun accès à l'information. Il n'y avait pas de lumière, pas d'internet, pas de communication. Ils ne savaient pas si la ville était occupée et s'ils seraient aidés. Comme Natalia est membre de la communauté grecque, elle pensait qu'ils étaient sur le point d'être emmenés par la mer vers la Grèce. On les a fait monter dans un bus, et Natalia pensait que c'était l'armée ukrainienne, parce que le bus jaune portait l'inscription 'Shkolny' en lettres ukrainiennes", raconte Albina.

Mais ils ne les ont pas emmenés en Grèce, mais à Olenevka, à 90 kilomètres au nord de Mariupol. Ce village est occupé depuis 2014. Les Russes y ont installé plusieurs "camps de filtration" illégaux : dans l'un des locaux d'une colonie pénitentiaire et sur le territoire d'un ancien camp de pionniers. Albina se souvient seulement de la conversation qu'il y avait des "étoiles" dans le nom du camp.

Au cours du processus de "filtrage", les occupants vérifiaient les téléphones des gens pour voir s'ils avaient une position pro-ukrainienne, s'ils avaient des liens avec les Forces armées ukrainiennes, etc. L'avenir d'une personne en dépendait - ils pouvaient la libérer ou la jeter au sous-sol.

Pendant l'inspection, les Russes ont forcé Natalia à "réinitialiser" son téléphone aux paramètres d'usine. Ils ont été autorisés à télécharger le messager Viber et à passer des appels occasionnels supervisés à leurs proches.

Albina dit que lorsque Natalya l'appelle depuis le camp de filtration, différents numéros s'affichent et il est impossible de la rappeler. La femme suppose que les occupants l'ont installé exprès pour qu'il soit impossible de retracer l'origine de l'appel.

Les personnes soumises au "filtrage" sont surveillées presque 24 heures sur 24 par des soldats armés. Il n'y a pas de conditions de vie dans le bâtiment, comme l'a dit Natalia.

"Ils étaient nourris trois fois par jour, les femmes recevaient deux serviettes par jour. Mais Natalya a dit qu'il y avait une Croix-Rouge russe, et que ses représentants les traitaient normalement", a déclaré Albina.

Elle a également conseillé à Natalia de veiller à prendre une photo de son enfant afin d'avoir une photo à jour au cas où elle devrait être retrouvée. La femme l'a fait et a envoyé une photo d'Albina. Mais elle décrit comment l'enfant a été laissé dans des conditions non hygiéniques pendant longtemps et comment les chaussures qu'on lui a données étaient trop grandes pour lui.

Andrei, le fils de Natalia, âgé de 22 ans, devait être constamment recouvert de couvertures lorsque quelqu'un de l'armée ou des passants passaient par là. Elle avait peur qu'il soit emmené pour se battre pour pour la République du Donbass DNR. Le jeune homme a même été envoyé passer un examen médical.

Après Alenovka, Natalia et ses deux enfants ont été emmenés en Russie, dans la région de Stavropol.

"L'acte de naissance de Natalia pour Nastia avait disparu. Lorsqu'ils sont arrivés à cette résidence temporaire en Russie, on lui a proposé de donner l'enfant à un camp de pionniers pour enfants, même sans documents, ce qui l'a vraiment effrayé. Ils ne lui ont même pas donné l'adresse du camp où ils voulaient emmener l'enfant. Comment peut-on comprendre cela ? Ils sont là sans droits", explique Albina.

Une fois dans le camp en Russie, Natalya a cessé d'appeler Albini. La femme a peur que quelqu'un découvre qu'elle a une position pro-ukrainienne, qu'elle fait du bénévolat et que Natalya elle-même a fait du bénévolat pour l'armée, en tissant des filets de camouflage. Pour cela, Albina a dit que les occupants pouvaient lui "faire quelque chose". Alors Natalya a commencé à garder le contact uniquement avec son propre frère Oleg, l'ex-mari d'Albina. C'est de lui que la militante a appris les dernières nouvelles de ses proches.

Oleg a également vécu à Mariupol, mais il se trouve dans l'un des "camps de filtration". L'homme a été kidnappé quand il a quitté son domicile. On ne sait pas exactement où se trouve Oleg aujourd'hui. Il a été en contact avec Albina à plusieurs reprises grâce à une liaison vidéo. La femme suppose qu'il est détenu quelque part dans l'usine, car elle a vu dans la vidéo des plafonds hauts, atypiques pour des locaux d'habitation.

"Sasha et moi avons deux mots que nous pouvons dire devant d'autres personnes, elles les comprendront, mais pas le sens caché que nous sommes les seuls à connaître. Lorsque ma fille me dit ces mots, je comprends que quelque chose ne va pas, qu'il y a une certaine tension, qu'elle est mal à l'aise physiquement ou émotionnellement. Quand nous étions à Mariupol, nous avons transmis ces mots à Oleg. Et donc quand nous avons pris contact, il a dit un de ces mots", a partagé Albina.

Oleg dans ses conversations avec elle dit constamment :

"Attendez, Natalya vous appellera elle-même quand elle aura le temps."

Il explique que sa sœur ne veut pas rester en Russie elle-même, et qu'elle attend maintenant d'être libérée avec les enfants. Une fois que cela sera fait, elle prévoit de partir pour les pays baltes, et de là, pour l'Ukraine.

"Dès qu'ils disent qu'ils peuvent partir, je me rends directement dans le pays de l'UE par lequel ils vont passer et je les récupère", explique Albina.

En outre, la femme a déposé une plainte auprès de la police. Dans un premier temps, la police a enquêté sur l'affaire comme s'il s'agissait de la disparition d'un enfant. Mais le service de sécurité de l'Ukraine a ensuite repris l'affaire et a requalifié la disparition en enlèvement de l'enfant par les Russes et en déplacement forcé de l'enfant vers le pays agresseur.

TRADUCTION : Evguénia Markon