En Sibérie, un musicien punk contre la guerre

Language
français
Author
Evguénia Markon
www (1)

À Yakutsk (Sibérie), une procédure pénale a été ouverte contre Aikhal Ammosov, un musicien membre du groupe punk Crispy Newspaper (https://youthofnorth.bandcamp.com/album/2020-2), pour avoir “discrédité” l’armée avec une banderole “Yakut punk against war”. Il est menacé de trois ans de prison. Cette année, le tribunal municipal de Yakoutsk, la capitale de la République de Sakha, l’a déjà condamné trois fois à une amende de 30 000 roubles (500 euros ) en vertu d’un article administratif anti-guerre. Le groupe de punk dans lequel joue Aikhal a réussi, ces dernières années, à attirer des producteurs de labels indépendants, des touristes intrépides et des journalistes de magazines étrangers dans cet endroit reculé de Sibérie. Mais la guerre, c’est clair, change tout. “Jusqu’à présent, ma génération ne s’intéressait à rien. Beaucoup de gens boivent, certains vont à la chasse, d’autres sont juste passifs. J’ai attendu que quelqu’un présente publiquement mes pensées et celles de mes pairs. Le fait est qu’aujourd’hui, aucun politicien ne semble digne d’être appelé “homme” ou “femme”. J’ai donc décidé de tout faire moi-même.”

Les actions d’Ammosov ont été extrêmement remarquées. Non seulement à Yakutsk, qui compte 341 000 habitants, mais dans toute la Russie. Puis les problèmes ont commencé : il a été arrêté le 25 avril et est resté cinq jours sous la garde des services spéciaux et de la police.

“En prenant cette décision, j’étais bien conscient que je pouvais subir des conséquences désagréables. J’ai quitté mon emploi. J’ai coupé la communication avec mes amis. Je ne veux pas que les autres soient impliqués. Cependant, je crois que la liberté de mes concitoyens dépend de mon histoire et, en premier lieu, des milliers de jeunes de Yakutsk. S’ils me condamnaient, leur existence serait également moins sûre.”

Ammosov revendique son appartenance aux “partisans et patriotes” qui se sont battus pour l’indépendance du peuple sakha il y a cent ans, et qui utilisent aujourd’hui l’art comme forme de lutte. “J’ai grandi dans une famille pauvre. Enfant, j’étais conscient des grandes différences qui existent dans notre société. Aujourd’hui, certains pourraient penser que je suis un voyou anormal parce que je ne bois pas et ne fume pas. Mais ici, nous avons notre propre façon de comprendre les choses. En premier lieu, il y a la connaissance et l’intelligence. C’est ce que nous appelons le sakha-punk.”

“Si la Russie est une dictature, en Yakoutie, nous vivons dans une ultra-dictature : ici, vous pouvez être vraiment mutilé pour une opinion qui va à l’encontre de celle de la “nation”. Les gens sont si cruels - si vous allez seul à un piquet de grève ou dessinez une sorte de graffiti anti-guerre, collez des tracts anti-guerre, vous devez être prêt à ce que chaque homme qui passe par là puisse vous casser les jambes et les bras. C’est très dangereux. Les militaires comme les habitants ordinaires sont enclins à la propagande zombie. Ces “patriotes” conduisent des voitures portant les lettres Z et frappent ceux qui ne sont pas d’accord avec la guerre.”

“Je suis contre toutes les guerres. C’est étrange d’être pour. Toute personne consciente qui pense avec sa propre tête sera contre les conflits armés. Nous avons tous regardé des films de guerre. Nous avons regardé des films soviétiques. La guerre est toujours mauvaise. La guerre n’apporte rien de bon. Seulement la mort, la faim et la pauvreté. Ce sont des choses élémentaires que même un enfant sait ! Mais les gens sont si stupides qu’ils disent que nous devons nous battre. Ils disent que la guerre est bonne. Que tôt ou tard, ça arrivera. Les guerres doivent être évitées, pas fomentées. Et ne pas contribuer à leur développement. Je ne suis pas un hippie et je n’ai jamais été une personne pacifique. Je n’étais pas un pacifiste. Mais je n’ai jamais été pour la guerre. J’ai lu beaucoup de livres sur les guerres. Sur la Grande Guerre Patriotique, sur l’Afghanistan, sur la Tchétchénie. Je serai toujours contre les guerres.

Le sentiment anti-guerre est très fort chez les jeunes de Yakutsk et de la région. Notre jeunesse est intelligente, réfléchie, consciente. Je crois en elle. Probablement 95% sont contre la guerre. Il y a plus de partisans parmi la génération plus âgée. Mais même eux commencent à comprendre ce qui se passe. Et ils sont aussi de notre côté. Les gens sont confus. Ils ont été trompés. Les gens ne comprennent pas ce qu’ils font. Pourquoi ont-ils besoin de cette guerre ? Tout le monde veut vivre en paix. Tout le monde veut vivre en paix. Mais on leur dit que c’est nécessaire. Qu’elle est obligatoire.

Mon soutien est très fort. On m’écrit constamment, je vois les gens dans la rue, je communique. Ils m’écrivent de Bouriatie, de Tuva. Les gars de Petersburg écrivent, aident à la collecte de fonds. Récemment, ils ont envoyé dix mille dollars pour payer l’amende. Des jeunes gens sont venus dans la rue, m’ont dit des mots de gratitude, m’ont dit qu’ils me soutenaient, qu’ils suivaient mes affaires, ils ont pris des photos en souvenir. Ils posent beaucoup de questions, ils s’intéressent à la politique, ils demandent ce qui va se passer dans le futur quand la guerre sera terminée. Il y a beaucoup de jeunes à Yakutsk qui me soutiennent. Je vais aux réunions, je leur parle, j’écoute leurs pensées. Ils veulent s’exprimer, mais personne ne les écoute. Ici, seuls les vieux gèrent tout, et rien n’est donné aux jeunes. Les jeunes quittent la république ou le pays à la recherche d’une vie meilleure et d’un travail décent, parce qu’on ne leur donne pas des conditions normales ici. Les personnes âgées sont partout. Je voudrais changer cela. Pour que les jeunes viennent. Pour que des jeunes, énergiques et ambitieux, prêts à l’action et au changement, travaillent partout. Ici, c’est la stagnation et la régression. Nous vivons comme dans une boîte de conserve.

Il y a beaucoup de jeunes en Yakoutie. Et ils ne sont pas autorisés à faire quoi que ce soit. Ils ne font que gaspiller leur précieuse énergie. Ils se baladent. Ils se battent. Ils dorment 24 heures sur 24. Et il serait possible d’utiliser cette énergie pour le bien. Nous changerions beaucoup de choses. Yakutsk est une ville de jeunes, mais cette ville est dirigée par de vieux conservateurs rouillés. Nous sommes la nouvelle génération. La génération des nouveaux romantiques. Des non-conformistes et des personnalités passionnées. C’est notre heure. C’est notre année. Maintenant, nous écrivons l’histoire.

Avant, j’allais déjà aux rassemblements, je participais aux affaires publiques de la république. J’ai fait beaucoup de choses différentes, mais ce n’était ni brillant ni audacieux. J’étais réservé et secret. Maintenant, j’essaie de tout faire pour le paraître : quand les gens voient, ils cessent d’avoir peur, ils s’inspirent, ils commencent eux-mêmes à agir. J’ouvre en quelque sorte la voie. Et je dis que tout le monde peut le suivre, c’est prouvé. Agir secrètement et anonymement est intelligent. Mais agir pour le grand public, c’est courageux et audacieux. Et si je paye pour mon courage, je serai peut-être en prison.