Comment les Oudihés, les Veps, les Sami, peules autochtones de la Russie, sont mobilisés pour tuer des Ukrainiens

Language
français
Date
October 14, 2022
Author
Pavel Sulyandziga Traduction par Evguénia Markon
Tags
Russiarefusnik
www (1)

Pour tout le monde en Russie, la mobilisation est un malheur, mais pour les petits peuples, c’est un double malheur : ils sont déjà très peu nombreux. Il y a 47 petits peuples en Russie - environ 300 000 personnes. La plupart d’entre eux sont bercés par la propagande et prêts à défendre le “monde russe” contre les “banderistes”. déclare Pavel Sulyandziga, militant des droits de l’homme et autochtone (Udege)

Connaissez-vous de nombreux cas de mobilisation des populations autochtones ?

Oui, il y en a déjà beaucoup, et dans de nombreuses régions de Russie, pour de nombreux petits peuples. Il s’agit de Primorye, Khabarovsk Krai, Yakutie, Sakhaline, l’oblast de Murmansk. Malheureusement, je ne reçois pas d’informations sur toutes les régions. Certains experts écrivent que cela ressemble beaucoup à un génocide. À mon avis, ce n’est pas le cas. Il n’y a pas de tâche délibérée visant à mobiliser précisément les représentants des minorités autochtones. Les autorités ne peuvent tout simplement pas attraper les gens et aller les faire se battre. Il est particulièrement difficile de trouver des personnes dans les villes - soit elles s’y cachent, soit elles envoient se promener les gens qui viennent les chercher. Et dans les villages, où vivent principalement des populations indigènes, les gens sont différents, ils ont une mentalité différente. Non seulement ils ne renvoient personne, et malheureusement, ils ne veulent même pas se cacher. Et c’est pourquoi ils sont attrapés et envoyés au loin.

Quels peuples ont été spécifiquement ciblés pour la mobilisation ?

Par exemple, mon peuple - le peuple Oudihés. Je sais de source sûre que cinq personnes du village de Krasny Yar (Primorye-Extrême-Orient russe) ont été envoyées dès le début de la guerre, sept autres ont été envoyées à l’annonce de la mobilisation. Environ 600 personnes vivent dans le village. Je connais personnellement les familles. Nous sommes très peu nombreux en tout - il reste 1600-1800 personnes en Russie.

Beaucoup de gens de Nanai (Extrême-Orient) ont été renvoyés. Il y en a un peu plus de 10 000 en Russie. Par exemple, dans le village de Dada, où vit principalement le peuple Nanai, ils ont pris 40 des 400 personnes, presque tous les jeunes. Dans le village de Lovozero, dans l’Oblast de Mourmansk, les Lapons ont été emmenés. Ils ont aussi emmené les Nivkhs de Sakhaline, à Nogliki.

Dans le village de Krasnoye, dans le district autonome de Nenets, 37 personnes ont été emmenées, dont 18 autochtones. Et l’un d’entre eux a sept enfants. Dans le même village, un locuteur natif de la langue Evenki a également été mobilisé, qui enseignait activement la langue aux enfants. Il est âgé de 48 ans. Au point de recrutement, il a été déclaré inapte. Ils ont envoyé un bus avec les inaptes à l’aéroport pour les ramener chez eux, mais en chemin ils ont fait demi-tour - et les ont envoyés à la guerre.

Comment le bureau d’enrôlement militaire peut-il savoir qu’une personne appartient à un groupe minoritaire ?

En ville, ils ne peuvent pas. Mais dans les districts auxquels les villages sont affectés, ils peuvent le faire. Les militaires ne vivent pas sur la lune, ils vivent ensemble dans le même quartier. Mais les militaires sont très cyniques : on leur a donné un plan et ils doivent le réaliser. Il est impossible de les attraper dans les villes - ils vont dans les villages où ils ne résisteront pas. Dans mon village natal de Krasnoye Yar, deux mères ont refusé d’ouvrir la porte du bureau d’enrôlement militaire. En conséquence, la porte a été enfoncée et les jeunes gens ont été emmenés.

Les hommes ont été enlevés dans la zone arctique - dans le village de Yukaghir d’Andryushkino, près de l’océan Arctique en Yakoutie. Ils ont pris trois jeunes hommes - les Yukaghirs, il ne reste plus beaucoup de personnes de ce peuple - environ 1000 en Russie. Les employés du bureau d’enregistrement et d’enrôlement des militaires ont dû s’y rendre en avion.

Les gens essaient-ils d’éviter la mobilisation ?

De mon village, certaines personnes sont allées dans la taïga, pour chasser. En Carélie, dans deux villages, aucun homme indigène n’a été retrouvé parce qu’il était parti cueillir des baies. Dans le kraï de Khabarovsk, des hommes indigènes sont allés pêcher.

Dans mon village, ils vont généralement à la chasse de la fin octobre à la fin décembre, puis ils rentrent à la maison pour le Nouvel An et à partir de la fin février, ils repartent dans les bois. Ils y vivent dans leurs huttes.

Les lois de la Fédération de Russie stipulent que les représentants des peuples autochtones ont le droit de bénéficier d’un service alternatif. Mais les mères des personnes mobilisées m’ont dit que lorsqu’elles se sont rendues au bureau d’enrôlement pour poser des questions à ce sujet, on leur a répondu : “Non”. Tout est à la merci des comités militaires, et bien sûr, ils ne le permettront pas.

Y a-t-il beaucoup de poutinistes parmi les peuples indigènes ?

Malheureusement, oui. Une femme m’a appelé récemment pour parler à son fils. “Nous sommes allés aider les Ukrainiens, les gens de Bandera les tuent là-bas”, me dit-il. La plupart des autochtones croient sincèrement que la Russie sauve l’Ukraine des banderistes.

Les propagandistes disent que la Russie protège le “monde russe”. Les poutinistes autochtones ne sont-ils pas déroutés par cette formulation ?

Malheureusement, cela ne les perturbe pas. En fait, il s’agit d’un problème plus profond. J’ai parlé à des universitaires, à des militants des droits de l’homme. Nombre d’entre eux font remarquer qu’à chaque fois qu’il y a une réunion à l’ONU, les représentants des peuples autochtones du monde entier critiquent leur gouvernement. Et seuls les représentants des peuples autochtones de Russie - les officiels - racontent des histoires d’une vie paradisiaque en Russie. Ils disent : "Nous savons que la situation est mauvaise en Russie. Mais pourquoi devons-nous laver notre linge sale en public ? En même temps, ils ne comprennent pas la signification de ces sites de l’ONU et ce pour quoi ils ont été créés.

Ces universitaires affirment que pratiquement tous les peuples indigènes du monde entier sont impliqués dans le mouvement pour leurs droits. Ils s’identifient tous comme des représentants des peuples autochtones en premier lieu. En Russie, la grande majorité des autochtones auxquels nous parlons s’identifient d’abord comme des Russes, puis comme des autochtones. C’est très étrange. Les populations autochtones de Russie, qui devraient se battre pour les droits de leurs peuples, se battent pour les droits de l’État russe.

Nous avons été élevés avec des histoires de héros russes. Il s’avère que le peuple Oudihés n’a pas de héros. Et s’ils ne le font pas, alors les gens sont en quelque sorte inférieurs. J’ai commencé à m’intéresser à l’histoire de mon peuple lorsque je suis passé de mon village natal Oudihés à un village russe. Là, ils ont commencé à me traiter d’étroit d’esprit et de nègre. Quand je suis allé là-bas, je me suis identifié comme un Russe parce que quand j’étais enfant, les garçons et moi jouions tout le temps à la guerre. Il y avait des Allemands et des Russes dans le jeu. Ceux qui étaient les plus forts étaient les Russes, ceux qui étaient les plus faibles étaient les Allemands. Puis j’ai réalisé que je n’étais pas russe et j’ai commencé à m’intéresser à ma propre culture, histoire et langue.