Ukraine : « Des tensions s’accumulent dans la société ukrainienne en raison des politiques néolibérales imposées par le gouvernement »

Author
Patrick Le Tréhondat Oksana Dutchak
Date
February 3, 2024

Entretien avec Oksana Dutchak membre de la rédaction de Commons[1]

Après 2 ans de guerre, comment voyez-vous la situation en Ukraine ?

Après deux ans de guerre, la situation est à la fois la même et différente. La guerre continue, mais il y a des changements dus au contexte – tant interne qu’externe. Tous ces changements étaient prévisibles dès le début dans un scénario très probable d’une guerre prolongée (ce qui ne veut pas dire que beaucoup, moi y compris, n’espéraient pas des scénarios plus positifs mais moins probables).

Nous avons été témoins des diverses tensions qui s’accumulent dans la société ukrainienne – la plupart d’entre elles sont causées par les politiques néolibérales prévisibles, imposées par le gouvernement sous prétexte de temps de guerre. Utilisant la justification des difficultés économiques et l'idéologie du capitalisme de « libre marché », au lieu de soutenir les droits sociaux universels, endommagés par la crise économique, le gouvernement défend les intérêts des entreprises au détriment des droits des travailleurs, du soutien social de l'existant et des nouveaux groupes défavorisés émergents. Ces mesures vont totalement à l’encontre de la logique de toutes les politiques centralisées et (dans une certaine mesure) à orientation sociale relativement efficace, mises en œuvre ailleurs pendant des guerres.

En raison de ces politiques, qui sont la continuation idéologique des années précédentes, la mobilisation générale des efforts de la population et l'unité relative de la société ukrainienne sont en constante érosion. Après les premiers mois de mobilisation pour défendre leurs communautés, de nombreuses personnes hésitent désormais (et certaines s'y opposent) à l'idée de risquer leur vie. Il y a de nombreuses raisons à cela, par exemple la relative localisation de la menace russe, l’attente irréaliste d’une « victoire » rapide (promue par une partie de l’establishment politique et certains faiseurs d’opinion dominants) et la déception qui en résulte, et de nombreuses contradictions d’intérêts et les situations et les choix des individus dans le chaos structuré d’une guerre prolongée. Cependant, le sentiment d’injustice joue un rôle prépondérant. D'un côté, il y a le sentiment d'injustice par rapport au processus de mobilisation, où les questions de la richesse et/ou de la corruption conduisent à mobiliser majoritairement (mais pas exclusivement) des classes populaires, ce qui va à l'encontre de l'image idéale de la « guerre populaire » à laquelle participe toute la société. Et de plus quelques cas d’injustice au sein de l’armée s’ajoutent à cela. D’un autre côté, l’absence d’une réalité et de perspectives d’avenir relativement attractives et socialement justes joue un rôle important dans les choix individuels de toutes sortes.

Bien sûr, cela ne signifie pas que l’ensemble de la société a décidé de s’abstenir de lutter contre l’agression russe, bien au contraire : la plupart comprennent les sombres perspectives qu’imposeraient une occupation ou un conflit gelé, qui pourraient s’intensifier avec les efforts renouvelés [de la Russie]. Alors que la majorité s'oppose à de nombreuses actions du gouvernement et peut même le détester (une attitude traditionnelle dans la réalité politique de l'Ukraine depuis des décennies), l'opposition à l'invasion russe et la méfiance à l'égard de tout éventuel accord de « paix » avec le gouvernement russe (qui a violé et continue de violer tout, depuis les accords bilatéraux jusqu'au droit international et au droit international humanitaire) sont plus fortes et il est très peu probable que cette situation change à l'avenir. Cependant, une vision socialement juste des politiques menées pendant la guerre et de la reconstruction d’après-guerre est une condition préalable pour canaliser les luttes individuelles pour la survie vers un effort conscient de lutte communautaire et sociale – contre l’invasion, pour la justice socio-économique.

Le contexte externe a également changé régulièrement. Il y a eu de nouvelles escalades dans différentes parties du globe, qui sont, comme l’invasion russe, des symptômes supplémentaires de la périphérie « en feu » provoquée par le déclin de l’hégémonie et qui résulte d’une nouvelle course à la lutte pour les «sphères d’influence », ainsi dans des conflits régionaux et internationaux tant pour l’hégémonie régionale que mondiale. Ces escalades, ainsi que certains échecs majeurs de la diplomatie ukrainienne (par exemple, la rhétorique sur la « civilisation », qui aliène, en fait, les gens au-delà du monde occidental) et les tendances populistes de droite dans de nombreux pays, ont un impact négatif sur le soutien international à la société ukrainienne.

À la lumière de cette dynamique, il est extrêmement important de développer intérieurement et de soutenir extérieurement le mouvement ouvrier et les autres forces progressistes en Ukraine. Il est également important pour le mouvement progressiste ukrainien d’établir des liens et des solidarités mutuelles avec les luttes de libération, les mouvements ouvriers et autres luttes progressistes dans d’autres parties du monde. Je ne crois pas qu’il soit possible d’inverser la vague de la renaissance impérialiste et néocoloniale mondiale ou du populisme de droite dans un avenir proche. Mais nous devons développer une infrastructure de gauche pour les luttes à venir. Nous sommes arrivés à cette sombre étape sans y être préparés et nous devons faire de notre mieux pour éviter qu’un tel scénario ne se reproduise à l’avenir.

Quelle est la situation de Commons et quels sont vos projets ?

Nous continuons à travailler malgré toutes ces circonstances, y compris la plus douloureuse : la perte d'un éminent économiste, notre rédacteur en chef et ami Oleksandr Kravchuk , la perte d'un éminent gonzo-anthropologue, notre auteur et ami Evheny Osievsky et quelques autres amis, collègues, camarades, dont certains ont été tués au combat. De plus, certains de nos rédacteurs et auteurs se sont portés volontaires dans l’armée, d’autres sont très occupés par les collectes de fonds et de fournitures pour les besoins humanitaires et de soutien aux volontaires de gauche et antiautoritaires. D’autres encore sont dispersées à travers le pays et au-delà des frontières en tant que personnes déplacées à l’intérieur du pays ou réfugiées, gérant leur survie individuelle et étant ou devenant parfois des mères célibataires en raison des déplacements de population et de la guerre.

Au cours de la première année de l’invasion à grande échelle, nous avons considéré trois tâches importantes pour nous en tant que média de gauche : s’engager dans des débats de gauche sur l’invasion impérialiste russe, raconter les réalités de la guerre et son impact sur la population ukrainienne et les réfugiés ukrainiens à l’étranger, intervenir avec une perspective critique sur les politiques et réformes en cours et prévues par le gouvernement ukrainien. Au fil du temps, à la fin de 2022, nous avons estimé que la plupart des gens avaient fait leur choix et que peu pouvaient être convaincus de changer de position – même si nous sommes reconnaissants à ceux qui continuent d’intervenir dans ce débat de gauche en solidarité avec peuple ukrainien. De notre côté, nous avons résumé nos positions dans un numéro, disponible en ligne et en version imprimée (les revenus de la vente vont à Solidarity Collectives ) : un recueil des textes de notre site Internet, que nous considérons comme les plus importants.

Nous avons repensé le déroulement de ces débats et trouvé la direction sur laquelle nous avons décidé de concentrer nos efforts. Nous avons estimé que trop peu de ponts directs étaient établis entre l’expérience ukrainienne et les expériences d’autres pays périphériques confrontés à des guerres, à des dépendances à l’égard de la dette, à des austérités et à des luttes contre celles-ci. C'est ainsi qu'est né le projet « Dialogues des périphéries » et une partie de nos rédacteurs le considèrent comme notre objectif principal dans un avenir proche. Bien sûr, d’autres sujets demeurent et nous continuons à écrire sur les problèmes et les luttes en Ukraine, sur l’histoire, la culture, l’écologie et sur différentes questions importantes. Nous continuons à parler de l'auto-organisation du peuple en Ukraine – soit sous forme d'initiatives bénévoles, soit sous forme de syndicats. En 2023, nous avons réussi à le faire dans une série de reportages vidéo «Regardez ça ! » et avons même réalisé un court documentaire sur le mouvement des infirmières en Ukraine.

Je dois souligner que tout cela serait impossible sans notre rédaction et nos auteurs, ainsi que sans le soutien de nombreuses organisations de gauche, d’initiatives et de personnes étrangères.

Qu’espérez-vous pour l’année 2024 ?

Il existe différents niveaux d’espoir. J'ai mes espoirs personnels. J'ai également un rêve que je partage avec la plupart des Ukrainiens : que la guerre se termine d'une manière qui soit favorable à un avenir démocratique et socialement juste en Ukraine, ou du moins d'une certaine manière qui n'empêche pas de fortes luttes pour un tel avenir. Mes espoirs personnels et mes rêves généraux sont bien sûr liés. À l'été 2023, je suis revenue d'Allemagne à Kyiv, que je considère comme ma ville depuis déjà quelques années et je ne veux plus aller nulle part. Je ne suis pas naïve et je comprends que notre rêve d'une fin favorable de la guerre en 2024 n'est probablement qu'un rêve. Mais il faut un rêve pour fonder ses espoirs dessus.

Quant à Commons/Spilne, nous espérons poursuivre notre travail, écrire et raconter ce qui est important pour nous et être utile aux luttes progressistes en Ukraine. Nous espérons poursuivre les Dialogues des périphéries, pour informer les lecteurs ukrainiens sur les contextes, les problèmes et les luttes dans d'autres pays ; établir des liens et une compréhension avec des personnes vivant dans d’autres réalités périphériques, dans l’espoir de contribuer à la solidarité mutuelle dans les luttes progressistes.

Notes

[1] Voir « Commons : un intellectuel collectif de gauche ukrainien »