Socialisme, Yiddishkeit, Doykeit : une brève histoire du Bund juif ukrainien

Author
Serhii Ishchenko
Date
October 25, 2023

Les effusions de sang en Israël/Palestine nous incitent à nous souvenir non seulement du triste sort de cette malheureuse région, mais aussi de l’histoire juive. Aujourd’hui, tout ce qui touche à la judéité et à son passé est « monopolisé » par l’État d’Israël. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. En Europe de l’Est, il existait également des alternatives au projet sioniste de « rassembler tous les Juifs de Palestine » – et elles étaient suffisamment puissantes pour lui opposer une sérieuse concurrence. La plus influente d'entre elles était le Bund – un mouvement national juif qui, comme de nombreux autres mouvements nationaux des peuples d'Europe de l'Est (ukrainien, polonais, géorgien, etc.), avait une orientation socialiste et ne voyait pas la libération nationale séparément de libération sociale.

Brider un shvester fun arbet un noyt Frères et sœurs, tourmentés, révoltés, De par le monde dispersés, (...) Nous jurons de mener un combat sacré, jusqu'à ce que le monde soit renouvelé : sans mendiants, sans riches, sans maîtres et sans esclaves - que le fort et le faible soient égaux !

Ce sont des lignes de la chanson Di Shvue (Le Serment), écrite au début du 20e  siècle par le célèbre écrivain et ethnographe Semyon Anskyi (d'ailleurs, l'auteur de la pièce mystique Dybbuk, qui a été salué par le « roi des horreurs » Howard Lovecraft lui-même). Probablement, tous les Juifs de Riga à Odessa n'ont pas connu cette chanson à ce moment. Après tout, c’était l’hymne du Bund, et le Bund n’est pas seulement un courant politique parmi d’autres, mais aussi une philosophie et une tradition culturelle à part entière de la communauté juive d’Europe de l’Est. Une tradition qui offrait une alternative à la fois au sionisme, à l’orthodoxie religieuse rigide et à l’assimilation des Juifs.

L’histoire du Bund commence à l’automne 1897. Le lendemain de Yom Kippour, treize personnes se sont rassemblées dans une petite maison à la périphérie de Vilnius et ont juré de lutter ensemble pour améliorer le sort des travailleurs juifs dans l’Empire russe de l’époque. C’était une époque où la modernisation et l’industrialisation impitoyables détruisaient le mode de vie établi des Juifs d’Europe de l’Est, tout comme elles détruisaient la structure traditionnelle du village ukrainien. Pendant des siècles, les Juifs ont vécu dans des villes, shtetl, se livrant à l’artisanat et au petit commerce. Mais de nouveaux temps sont arrivés. Un cordonnier avec son petit atelier n'avait ni la force ni la capacité de rivaliser avec une usine de chaussures, et un petit commerçant ne pouvait même pas essayer de lutter contre un grand magasin. De nombreux Juifs ont dû fermer leurs petites entreprises familiales et aller travailler dans les usines.

La vie des travailleurs à cette époque était déjà faite de pauvreté, d’oppression, d’injustice. Mais dans le cas des Juifs, à tout cela s’ajoutait une discrimination nationale. Une nouvelle organisation appelée Algemeyner Yidisher Arbeter-bund, Union générale des travailleurs juifs, ou simplement Bund, fut appelée à faire face à tous ces maux. En seulement dix ans, elle est devenue l’une des plus grandes organisations juives d’Europe de l’Est. En 1906, 43 000 personnes appartenaient au Bund – à titre de comparaison, par exemple, le Parti ouvrier social-démocrate ukrainien[1] ne comptait en même temps que 6 000 militants[2].

Doykeit contre sionisme

Le programme du Bund reposait sur les trois principes du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, les bundistes défendaient une république démocratique, l'égalité entre les femmes et les hommes, des réformes sociales et une journée de travail de huit heures. Mais en même temps, le Bund était également un parti national qui défendait l’identité juive, la langue yiddish et la culture des Juifs d’Europe de l’Est, luttait contre la discrimination et l’antisémitisme. Tel était, selon les bundistes, le principe du Yiddishkeit, la «judéité». Habituellement, ce mot était utilisé lorsqu'il s'agissait d'observer les préceptes de la religion juive dans la vie quotidienne. Les membres de Bund ont probablement été les premiers à lui donner un nouveau sens : pour eux, il s’agissait de la vie juive dans toute sa plénitude, de l’auto-identification des communautés et des personnes spécifiquement juives.

Déjà lors de son 6e congrès en mai 1901, le Bund déclarait : « Chaque nationalité, outre le désir de liberté et d'égalité économiques, civiles et politiques, a également des aspirations nationales fondées sur (...) la langue, les coutumes, le mode de vie, la culture en général, qui doit avoir une totale liberté de développement »[3]. Ainsi, au lieu de l’identité exclusivement religieuse du judaïsme, les bundistes ont proposé une identité laïque et nationale. D'ailleurs, s'élevant contre la domination des chefs religieux conservateurs dans les communautés juives traditionnelles, les bundistes – contrairement aux assimilationnistes – ont défendu la préservation de ces communautés, affirmant qu'elles étaient « non seulement le produit de l'ancien, mais, avec certains les réserves, l'embryon du nouveau»[4].

En tant que parti national, le Bund, après le pogrom sanglant de Kichinev en 1903, a déclaré qu'il fallait résolument résister à la violence contre les Juifs[5] et ses membres ont créé des unités d'autodéfense. En 1904, une de ces unités du Bund dispersa des bandes de Cent-Noirs qui allaient détruire les quartiers juifs de Daugavpils[6].

À cette époque, le Bund n’avait pas de bonnes relations avec un autre mouvement national juif : le sionisme. «Les sionistes parlent de construire un État national en Palestine. Mais notre parti repose sur une position complètement opposée – notre maison est ici : en Pologne, en Russie, en Lituanie, en Ukraine, en Amérique – déclarait l'un des dirigeants des bundistes, Volodymyr Medem (d'ailleurs, un ancien étudiant de l'Université de Kyiv, expulsé pour avoir participé à une grève étudiante). Ici nous vivons et travaillons, ici nous faisons des projets pour l'avenir. C'est notre maison et nous n'y sommes pas étrangers. C'est sur cela que nous construisons notre activité »[7]. C'était le troisième principe du doykeit : «Notre pays est l'endroit où nous vivons. » Selon les bundistes, les Juifs avaient des liens beaucoup plus forts avec le pays où ils vivaient depuis des générations qu'avec leur lointaine « patrie historique ». Ils considéraient l’idée de la réinstallation en Palestine comme une utopie et une idée dangereuse. Le Bund a déclaré que, premièrement, la Palestine est trop petite pour accueillir des centaines de milliers d'immigrés du monde entier et, deuxièmement, une telle réinstallation provoquerait inévitablement une confrontation avec la population arabe locale[8].

Le Bund pensait plutôt que dans les pays ethniquement diversifiés d’Europe de l’Est, une architecture politique devrait être construite afin que chaque nationalité, y compris les Juifs, puisse vivre librement et développer leur propre culture nationale. Sans se dissoudre dans la population environnante, comme le préconisaient les assimilationnistes, mais aussi sans s'en séparer, comme le souhaiteraient les religieux orthodoxes. Le Bund préconisait la création d'un gouvernement autonome juif qui s'occuperait de l'éducation et de la culture. Un tel gouvernement autonome devrait être élu selon les principes du suffrage universel, libre et égal par des hommes et des femmes qui se considèrent comme juifs. Les écoles et universités juives devraient être financées par le budget de l’État et des collectivités locales et faire partie du réseau scolaire national. Mais selon le projet du Bund, la communauté juive ne devrait pas être impliquée dans les affaires religieuses, car la religion est « une question de conscience personnelle, une affaire privée dans laquelle ni l'État, ni le prolétariat en tant que classe ne doivent s'immiscer, en garantissant uniquement la liberté de conscience à tous»[9].

Il est important de noter que les bundistes ne voyaient aucune contradiction entre leurs objectifs socialistes et nationaux. Ils croyaient que la lutte pour l’éducation dans la langue maternelle et pour un développement culturel sans entrave faisait partie de la lutte commune de la classe ouvrière. Dans le même temps, le Bund soulignait que son approche de la question nationale n'était pas une «panacée pour toutes les nations » : il s'agissait uniquement de la situation spécifique de la communauté juive[10].

Le Bund et la « prison des peuples »

En tant que parti ouvrier national, le Bund de l’Empire russe a aidé les travailleurs juifs à former des syndicats et à organiser des grèves (en particulier contre les employeurs juifs). En Ukraine, par exemple, l'influence des bundistes s'est imposée dans les syndicats des imprimeurs et des tailleurs[11]. Parmi les travailleurs et les jeunes juifs, les bundistes jouissaient d’une telle autorité qu’on faisait parfois appel à eux lorsqu’il s’agissait de questions juridiques ou même morales complexes. Volodymyr Medem se souvient d'un cas amusant où une jeune fille enceinte s'est tournée vers la branche locale du Bund pour persuader le père de l'enfant de l'épouser.

Dans le même temps, en tant que socialistes, les bundistes se considéraient comme faisant partie du mouvement ouvrier à l’échelle de l’Empire. Ainsi, le Bund a participé à la création du Parti ouvrier social-démocrate russe. Cependant, l’histoire des relations entre les socialistes juifs et le POSDR s’est avérée plutôt compliquée. Les bundistes défendaient l'autonomie de leur propre organisation et espéraient être reconnus comme représentants du mouvement ouvrier juif. Certains dirigeants de la social-démocratie panrusse, en particulier Lénine, ont qualifié ces revendications de « nationalistes », exigeant une fusion complète des deux organisations. De ce fait, le Bund quittait parfois les rangs du POSDR, puis le rejoignait[12].

Le Bund considérait les mouvements socialistes d’autres nationalités opprimées dans la « prison des peuples » russe comme des alliés naturels. Par exemple, sur la rive gauche de l’Ukraine, en particulier dans la province de Poltava, les bundistes ont volontairement coopéré avec le Parti révolutionnaire ukrainien[13]. Maxim Hekhter, futur diplomate de la République populaire ukrainienne, était simultanément militant du Bund et du Parti révolutionnaire ukrainien[14].

Le Bund et la révolution ukrainienne

Pendant la révolution de 1917-1921, les bundistes travaillaient au sein de la Rada centrale et du gouvernement ukrainien. Ils ont soutenu la 3e Universelle[15], qui a proclamé la République populaire ukrainienne. «Quand nous voyons que la nation ukrainienne libérée donne également la liberté à notre peuple, nous assumons une part de responsabilité dans cet acte et signons de tout cœur cette Universelle», a déclaré le représentant du Bund à la Rada centrale[16] .

Cependant, le parti a réagi plutôt froidement à l'indépendance de l'Ukraine et n'a pas voté pour la 4e Universelle[17]. Les bundistes craignaient que la déclaration d'indépendance ne conduise inévitablement à des conflits nationaux dont les victimes seraient en premier lieu les minorités nationales[18]. Certains historiens modernes suggèrent que les socialistes juifs pouvaient aussi craindre une éventuelle vengeance des bolcheviks, car c'est à ce moment-là que les « rouges « s'approchaient de Kyiv (par exemple, c’est l'opinion de Serhii Girik[19] qui s’est exprimée sur les ondes de Radio Hromadsky). Mais, en avril 1918, les bundistes ont voté pour la constitution de la République populaire ukrainienne et fin août 1919, une conférence des partis juifs d'Ukraine avec la participation du Bund a exprimé son soutien à une République populaire ukrainienne indépendante.

Après le coup d'État d'octobre, les bundistes de la Rada centrale ont préparé une résolution contenant « une ferme condamnation du soulèvement bolchevique ». Et lorsque les « Rouges » prirent le contrôle de Kyiv au début de 1918, l'un des dirigeants du parti affirma qu'ils « allaient anéantir toutes les réalisations nationales de la révolution en Ukraine ». Cependant, dès l’année suivante, des groupes pro-bolcheviques apparurent au sein du Bund – pendant un certain temps, il y eut même un Bund communiste distinct. La plupart de ses partisans ont ensuite rejoint le parti communiste. Et le Bund « authentique » sur le territoire soviétique a subi le même sort que le reste des partis alternatifs aux bolcheviks : il a été interdit. Des dizaines de ses militants – y compris ceux qui ont rejoint les communistes – ont été exterminées par la terreur stalinienne des années 1930.

Le Bund a continué à opérer dans les États nouvellement indépendants d’Europe de l’Est – en Lituanie, en Lettonie et particulièrement activement en Pologne. Les bundistes polonais ont fondé des organisations de jeunesse, de femmes, et des syndicats et ont participé à la création d'un réseau d'écoles dispensant un enseignement en yiddish. Il y avait  des centres en Galice et en Volyn, qui étaient sous domination polonaise. À Lviv, les réunions des socialistes juifs se réunissaient généralement sur la place Zbozhova (aujourd'hui rue Zernova), d'où des colonnes avec un orchestre défilaient à travers la ville[20]. Et lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir en Allemagne, les bundistes de Lviv ont lancé une campagne de boycott des produits allemands. Le Bund s'est lié d'amitié avec les socialistes radicaux ukrainiens (« le parti d'Ivan Franko »[21]), a signé des déclarations communes avec eux et a invité leurs représentants à ses congrès[22].

Catastrophe

La Seconde Guerre mondiale et l’Holocauste ont mis fin à l’existence du Bund – ainsi qu’à toute vie juive en Europe de l’Est. Les nazis n’ont pas été les seuls à contribuer à sa destruction : les dirigeants du Bund polonais, Viktor Alter et Henrik Ehrlich, comme nombre de leurs camarades du parti, ont été assassinés par les staliniens en Union soviétique. En voyant mourir son peuple, le représentant du Bund au sein du gouvernement polonais en exil, Shmuel Ziegelboim, s'est suicidé pour protester contre l'inaction de la coalition anti-hitlérienne face au génocide.

Mais le Bund n’a pas simplement disparu : il est mort au combat. En 1942, Marek Edelman, un juif de 23 ans originaire de Varsovie, fils de bundistes et lui-même jeune militant bundiste, devient l'un des dirigeants de l'organisation juive clandestine de combat dans le ghetto de la capitale polonaise occupée par les nazis. L'année suivante, en 1943, il était déjà l'un des principaux participants au soulèvement voué à l'échec dans le ghetto et, après la mort du commandant des rebelles, le socialiste-sioniste Mordechaj Anielewicz, il en assuma le commandement. «Nous nous sommes battus simplement pour que les Allemands ne décident pas quand et comment nous devrions mourir» se rappellera-t-il plus tard. Cependant, Marek Edelman a survécu et, au bout d'un an, il se retrouvait de nouveau sur les barricades, les armes à la main,  désormais en tant que participant au soulèvement polonais à l'échelle de la ville. Lui aussi a été vaincu, mais il resta en vie.

Un groupe clandestin du Bund opérait également à Lviv. Ses membres aidaient les fugitifs du ghetto et leur confectionnaient de faux papiers. Un tract des bundistes de Lviv, publié en mars 1942, a été conservé. Il appelait les prisonniers du ghetto à aménager des caches et à se procurer des armes[23].

Vestiges et mémoire

Après la Seconde Guerre mondiale, Marek Edelman, le héros du ghetto de Varsovie, s'est vu proposer de partir pour le nouvel Israël. Il a refusé, affirmant que son peuple était enterré ici en Pologne et qu'il restait pour garder leurs tombes. Ce n’était pas une exagération : sur près de 3,5 millions de Juifs vivant dans la Pologne d’avant-guerre, seuls 100 000 survivaient en 1945. C'est une des raisons pour lesquelles les tentatives visant à relancer les activités du Bund polonais après la guerre furent vouées à l'échec. Une autre raison, non moins importante, était que le nouveau gouvernement pro-soviétique n'allait tolérer aucune activité politique indépendante. En 1949, le Bund en Pologne est liquidé par les autorités.

De nombreux bundistes se sont retrouvés à l’étranger et le comité de coordination mondial de l’organisation s’est installé ici, à New York. Et de l'autre côté de la planète, en Australie, l'organisation du Bund pour enfants, le SKIF, est toujours en activité, elle organise chaque année des camps d'été. Une délégation du Bund a participé au congrès fondateur de l'Internationale Socialiste à Francfort en 1951. Des tentatives ont également été faites pour créer une branche du Bund en Israël. Cependant, elles n'ont pas eu beaucoup de succès : lors des élections à la Knesset de 1959, les bundistes israéliens ont subi une défaite écrasante. Dans le nouvel État juif, qui a abandonné la langue yiddish et rejeté une grande partie de ce que l'Europe de l'Est considérait comme la Yiddishkeit, les bundistres ne sont jamais vraiment imposés. D’autant que leur attitude à l’égard de l’utopie sioniste et de ses prédicateurs restait sceptique. «La tragédie d'Israël est que, d'une part, il est entouré de pays dont les dirigeants nationalistes veulent le détruire et, d'autre part, il est lui-même possédé par des dirigeants ivres de folie chauvine et militariste» accusait le journal des bundistes israéliens Unser Zeit.

Le dernier porteur de la tradition du Bund en Europe de l'Est, Marek Edelman, qui deviendra un célèbre cardiologue polonais et sauvera nombre de gens sur la table d'opération. Dans la Pologne «communiste », il s'opposera au régime pro-soviétique, soutiendra les grèves et le syndicat Solidarité. Le nouveau mouvement ouvrier a-t-il expliqué « était le même que le Bund dans ma jeunesse. Pour moi, c'était la continuité, les mêmes valeurs : la fraternité, la justice sociale, la haine de la dictature.»

Après l'effondrement du camp soviétique, Edelman, il avait déjà 70 ans, a personnellement transporté de l’aide humanitaire et a emmené des enfants hors de la Bosnie déchirée par la guerre ; «La victoire d'Hitler depuis la tombe», c'est ainsi que le vieux rebelle appelait ce qui se passait dans les Balkans à cette époque. Il a également parlé de l'injustice d'Israël envers les Palestiniens. Et en 2002, il a même écrit une lettre aux combattants du mouvement palestinien pour appeler à une solution pacifique – en tant que « vieux partisan » vis-à-vis des « nouveaux partisans ». Déclaration pour laquelle  il mérita un boycott de la part du gouvernement officiel de Tel-Aviv. Aucun diplomate israélien n'était présent aux funérailles du «dernier bundiste européen», à l'exception de l'ambassadeur Shevach Weiss[24], venu de son plein gré.

L’histoire du Bund fait partie de l’histoire oubliée de la communauté juive et de l’Europe de l’Est en général, prise en sandwich entre impérialismes et nationalismes. Les bundistes ont tenté de proposer une alternative aux deux, qui garantissait l’égalité dans des conditions de préservation de la diversité. Ils ont mis en garde contre les dangers du projet sioniste – les dangers, en premier lieu, pour les Juifs eux-mêmes – et, à bien des égards, malheureusement, ils se sont avérés avoir raison. Ils n’ont pas réussi dans toutes choses. Après tout, le Bund n’existe plus – tout comme le monde qui lui a donné naissance, le monde des Juifs d’Europe de l’Est, avec sa langue, sa vision du monde et ses traditions, n’existe plus.

Mais le souvenir du Bund est toujours vivant. Millenial Bundist est le nom donné à son premier album, sorti en 2020, par une jeune militante et chanteuse de gauche autrichienne, Isabelle Frei. Son album se compose de reprises de chansons du Bund, dont Di Shvue. Élevée dans l’esprit sioniste, elle a changé d’avis après avoir vécu un an en Israël et visité la Cisjordanie. Isabel déclare : « Le Bund a permis aux Juifs de trouver un terrain d'entente : vous pouvez être un Juif révolutionnaire qui parle le yiddish et croire que nous pouvons nous défendre contre l'antisémitisme et promouvoir la culture yiddish, et en même temps être un internationaliste socialiste. »

Notes

[1] Le Parti ouvrier social-démocrate ukrainien (USDRP) parti marxiste fondé en décembre 1905 suite à l'implosion du Parti révolutionnaire ukrainien (RUP). Ce parti jouera un rôle essentiel dans la création de l'État ukrainien en 1917 avec le Parti ukrainien des socialistes révolutionnaires (UPSR). NdT.

[2] Boitsun M., Le mouvement ouvrier et la question nationale en Ukraine : 1880-1918,  trad. de l'anglais L. Bidochko et M. Kazakova,  Kyiv, Rosa-Luxemburg-Stiftung en Ukraine, FOP Maslakov, 2020, p. 107.

[3] Tobias HJ,  Le Bund juif en Russie depuis ses origines jusqu'en 1905, p. 105-106.

[4] Medem Vl., Mouvement national et partis nationaux-socialistes en Russie. Formes de mouvement national dans les États modernes : Autriche-Hongrie. Russie. Allemagne, A. I. Kastelyansky. - Spb : Izd. 1910. - с. 748-798.

[5] Le Bund au Belarus. 1897-1921 : Documents et matériel, compilé par. E. M. Savitsky, Minsk, 1997, doc. n° 36, 1903, juin, pp. 97-98.

[6] Ville en Lettonie. NdT.

[7] Bernard K. Johnpoll, Politics of futility. The General Jewish Workers Bund of Poland, 1917-1943, Ithaca, New York, 1967, p. 182.

[8] Lacker W, Histoire du sionisme, Moscou, Kron Press, 2000, p. 593.

[9] Cité. par Nam I.V, Programme national du Bund : ajustements de 1917, Vestn, Tomsk, 2003,  n° 276,  p. 83-89.

[10] Rafes M. G.,  Essais sur l'histoire du Bund, 1923, p. 277.

[11] Movchan O. M., « Syndicats en Ukraine » Encyclopédie de l'histoire de l'Ukraine, V.A. Smolii et autres, Kyiv, Naukova dumka, 2012, Vol. 9, p. 45.

[12] Boitsun, p. 105-107.

[13] Boitsun, p. 126.

[14] Le Parti révolutionnaire ukrainien (RUP) de tendance nationale-révolutionnaire et marxiste fondé le 11 février 1900 par des étudiants à Kharkiv. NdT.

[15] Nom donné aux déclarations d’indépendance. https://mjp.univ-perp.fr/constit/ua1917.htm. Ndt.

[16] Rada centrale ukrainienne, documents et matériels  en 2 volumes, édité par. V. F. Verstyuk et autres, t. 1, Kyiv, Naukova dumka, 1996, p. 397-398.

[17] En 1917, la 4e Universelle proclame l’indépendance totale de l’Ukraine, mais la Rada maintient à l’horizon politique des liens fédéraux avec la Russie. NdT.

[18] Rafes MG., Deux ans de révolution en Ukraine, Moscou, GIZ, 1920. p. 58.

[19] Historien et professeur au programme de maîtrise en études judaïques de l’Université nationale, académie Kiev-Mohyla. NdT.

[20] Melamed, V., Entre les deux guerres mondiales (1919-1939), Yi, 2008, n° 51.

[21] Le Parti radical, puis Parti radical socialiste ukrainien,  premier parti politique ukrainien fondé le 4 octobre 1890 à Lviv. NdT.

[22] Makukh I., Au service du peuple. Souvenirs,  Kyiv, Valeurs fondamentales, 2001, p. 355.

[23] Altman I. A., Holocauste et résistance juive dans le territoire occupé de l'URSS.

[24] Shevah Weiss (1935-2023), président de la Knesset sous Yitzhak Rabin puis ambassadeur d'Israël en Pologne et président de Yad Vashem. NdT.