Prisonnier de conscience russe : Igor Kuznetsov

Author
Andrij Zdorov
Date
June 17, 2023

Cette semaine, j'ai reçu des nouvelles du Mordor[1] : mon ami de Tomsk, Igor Kuznetsov, a été envoyé du centre de pré-détention n°4 de Moscou à l'Institut de recherche Serbsky pour un examen psychiatrique clinique. Igor a été arrêté le 16 septembre 2021 sous l'accusation d'incitation au désordre de masse via la chaîne de télégrammes Chto Delat. Avec dix autres membres de la chaîne, il aurait préparé des émeutes de masse le jour des élections, le 17 septembre 2021. Deux mois plus tard, le FSB (police politique) a porté une autre accusation contre lui : participation à la «communauté extrémiste» présumée Left Resistance [Résistance de gauche].

Les membres de ce groupe prônent l'autodétermination des peuples et des régions de Russie, contre leur exploitation coloniale par le Kremlin. La chef de file de ce groupe est Daria Polyudova, initiatrice de la «Marche pour la fédéralisation de la région du Kouban», qui a été condamnée à six ans de prison par le tribunal militaire de Moscou en 2021 (il s'agissait de sa deuxième condamnation).

Et maintenant, après un an et presque neuf mois de détention préventive, les enquêteurs du FSB ont décidé d'envoyer Igor Kuznetsov subir un examen psychiatrique légal à l'Institut Serbsky. Oui, le même Institut Serbsky qui a «diagnostiqué» les dissidents soviétiques Pyotr Grigorenko, Valeria Novodvorskaya et bien d'autres.

En avril 2021, Igor Kuznetsov a publié sur YouTube un appel aux Russes : «Poutine prépare une attaque contre l'Ukraine. Mais ce n'est pas Poutine, c'est notre Russie fasciste qui prépare une guerre, dans laquelle nous pouvons tous brûler... Comme Hitler en son temps, Poutine mène le monde à la troisième guerre mondiale. Tous les Russes sont à blâmer pour cela, moi y compris. Cela va-t-il fonctionner comme d'habitude ? Oui, cela a marché au printemps 2014, et peut-être que cela marchera au printemps 2021, et puis, et puis... Et cela renforcerait l’« attitude insouciante « russe. Mais cette attitude russe aiderait l'Armageddon nucléaire à se produire en 2036 ou 2042, et quiconque survivra fera l'envie des morts.»

Pour le groupe Résistance de gauche, Igor Kuznetsov a rédigé un manifeste dans lequel il écrit : «Le génocide des peuples du Caucase, lancé au 19e siècle par le tsarisme, a été poursuivi par Staline. Le régime de Staline est ravivé par Poutine. Ainsi, nous ne combattons pas seulement l'impérialisme russe, mais le servage et l'obscurantisme de l'impérialisme tsariste-stalinien-poutinien. En outre, l'agression du régime de Poutine contre l'Ukraine avec l'annexion de la Crimée, contre la Syrie avec le bombardement de civils, avec des aventures en Afrique et en Amérique latine après 2014 conduit à une oppression nationale accrue contre les peuples non russes de la Fédération de Russie, à une politique d'assimilation des peuples non russes et à la destruction des langues non russes en Russie. L'impérialisme tsariste-staliniste-poutinien a fait des Russes le principal outil de l'empire, et la culture du peuple russe a été pervertie par l'impérialisme et le chauvinisme. Sans la destruction de l'impérialisme tsariste-stalinien-poutinien et du fascisme stalinien-poutinien, la renaissance nationale russe et la renaissance de tous les peuples de la Fédération de Russie sont impossibles. Cette lutte internationale contre l'impérialisme et le fascisme russes est devenue la tâche nationale commune de tous les peuples de Russie».

Dans une lettre à un ami, Igor écrit : «En défendant l'Ukraine, nous défendons nos droits et libertés en Russie ; la victoire de l'Ukraine est la défaite du ruscisme en Russie et la victoire à venir de la démocratie sur le ruscisme dans la Fédération de Russie. La défaite de l'Ukraine sera notre défaite et l'intensification de la répression du ruscisme en Russie. Alors qu'au cours de l'été 2020, la Biélorussie et le kraï [région] de Khabarovsk bouillonnaient de protestations, «Tête de nœud » a reporté ses plans de guerre; lorsque les protestations ont été réprimées, son plan stratégique («annulation» des mandats présidentiels, agression contre l'Ukraine, les pays baltes, le Kazakhstan, l'anéantissement de la Biélorussie) a de nouveau été relancé. Il n'y a donc pas de lutte séparée à Khabarovsk, à Minsk, au Kazakhstan, etc. - il y a une seule guerre des internationalistes de tous les pays et de toutes les régions contre le Ruscisme».

Malheureusement, il reste très peu de personnes comme Igor Kuznetsov en Russie. Ils ne bénéficient pas de l'attention des médias occidentaux, contrairement à Navalny ou à d'autres politiciens libéraux moscovites. Igor a passé la majeure partie de sa vie comme ouvrier, concierge et docker ; son dernier emploi a été celui de plombier dans une faculté de médecine, et il a également travaillé comme journaliste indépendant pour l'agence RusNews. En tant qu'activiste, il a commencé comme anarcho- syndicaliste en 1989, a été l'un des fondateurs de Memorial in Tomsk et de la Confédération sibérienne du travail, puis est passé au marxisme anti-autoritaire, a rejoint le Parti marxiste du travail et a coordonné l'association interrégionale des syndicats «Défense du travail». Lorsqu'en 1999, Oleg Shein, le dirigeant de ce syndicat, devient député à la Douma d'État à la faveur de l'essor du mouvement ouvrier, il prend Igor Kuznetsov comme assistant. Mais Igor n'a été assistant de député que pendant une courte période. Shein rejoint la faction russo-chauvine «Rodina», puis le parti «Russie juste», qui justifie l'agression contre la Tchétchénie et la Géorgie. Igor avait déjà refusé d'être le colistier de Shein en 2001. Interrogé sur son attitude après l'arrestation de Kuznetsov en 2021, Shein a fait semblant de ne pas savoir de quoi il s'agissait.

Fin 2021, un petit groupe de militants de gauche et d'amis d'Igor a organisé une campagne internationale de solidarité avec lui. Des demandes de libération d'Igor Kuznetsov ont été envoyées aux ambassades russes par le Parti ouvrier indépendant de France, le Parti des travailleurs d'Algérie, la Ligue socialiste internationale, un certain nombre d'organisations syndicales d'Espagne, d'Allemagne, du Brésil et d'autres pays. Le 15 décembre 2021, à Kiev, nous avons organisé un piquet devant l'ambassade de Russie pour demander sa libération. Aucune organisation russe de gauche n'a exprimé publiquement sa position sur le cas d'Igor Kuznetsov et de Daria Polyudova. Seul le Centre des droits de l'homme Memorial, peu avant sa liquidation par décision d'un tribunal russe, a inclus Igor et Daria dans la liste des prisonniers politiques du régime sur son site web.

Le cas d'Igor Kuznetsov rappelle le sort des dissidents soviétiques Leonid Pliouchtch et Vladimir Boukovsky. Lorsque nous avons fait la campagne de solidarité avec Igor, on nous a dit que, selon «l'avis des avocats», une telle campagne publique à l'étranger pourrait au contraire aggraver la situation d'Igor et avoir un impact négatif sur les tribunaux russes. En réponse, l'un des participants à notre piquet a demandé :

- Et quels prisonniers politiques ces avocats ont-ils réussi à faire libérer des prisons russes ?

Je me trompe peut-être, mais je continue de penser que c'est la campagne de solidarité internationale qui a sauvé la vie de nombreux dissidents soviétiques qui ont dû être libérés à l'Ouest (ou échangés comme Boukovsky), et que c'est la campagne de solidarité internationale qui soutient aujourd'hui les prisonniers du régime fasciste russe. Bien entendu, leur libération totale ne sera possible qu'après la défaite militaire complète du Reich russe.

Notes

[1] Le Mordor, « pays noir » est une région de la Terre du Milieu dans l’univers fictionnel créé par J. R. R. Tolkien. NdT.