Les femmes ukrainiennes luttent contre l’escalade de la violence sexiste dans le contexte de la guerre

Liudmyla Huseinova ne pouvait pas voir ceux qui lui enlevaient ses vêtements.

Note de la rédaction : cet article a été parrainé par les organisations à but non lucratif HIAS et VOICE qui travaillent ensemble pour résoudre le problème de la violence contre les femmes et les filles en Ukraine, dans le cadre du projet « Partnering for Change : A Project Partnership Centering Women and Girls in the Ukraine Regional Response ». Les femmes présentées par leur nom complet dans le reportage ont accepté de révéler leur identité.

AVERTISSEMENT : Cet article contient des descriptions qui peuvent heurter la sensibilité.

Elle avait un sac sur la tête et ses mains étaient menottées. Elle était horrifiée au plus haut point et n’avait aucune idée de l’endroit où elle se trouvait.

Plus tôt dans la journée, des militants russes s’étaient emparés de Mme Huseinova à son domicile de Novoazovsk, dans la partie occupée de l’oblast de Donetsk. Ses positions pro-ukrainiennes ont été à l’origine de la perquisition et de la détention.

Dans certains locaux froids, elle a été placée face au mur.

«  Vous savez que vous êtes impuissante et que vous ne pouvez rien faire », a déclaré Mme Huseinova, aujourd’hui âgée de 61 ans, au Kyiv Independent. « Vous vous tenez là, un sac sur la tête, les mains menottées. On vous déshabille et on vous touche. Ils se moquent de vous, vous pincent et vous frappent ».

Pour Mme Huseinova, ce fut le début de trois années de captivité en Russie, au cours desquelles elle a été témoin de nombreuses violations des droits des êtres humains, notamment des agressions sexuelles et des coups portés à des femmes ukrainiennes.

Mme Huseinova fait partie des 108 femmes libérées le 17 octobre 2022. Des expériences comme la sienne sont courantes parmi les femmes en Ukraine, mais seules quelques-unes choisissent d’en parler.

En ce sens, l’Ukraine ressemble beaucoup au reste du monde, où la violence à l’égard des femmes et des filles est monnaie courante et où les guerres ne font qu’aggraver la situation, selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits des êtres humains. Même pour les non-captives, le stress, l’anxiété, l’instabilité économique et sociale causés par la guerre créent des conditions propices à l’augmentation de la violence domestique et d’autres abus.

En octobre 2022, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’invasion à grande échelle avait déjà «  augmenté la violence sexuelle et sexiste, y compris la violence sexuelle liée au conflit » en Ukraine – « pourtant, la plupart des cas ne sont jamais signalés  ».

«  Celles qui ont souffert de la violence restent souvent silencieuses parce qu’elles craignent les regards critiques, les ragots et la condamnation. Nous sommes une société d’individus libres qui se battent pour la justice  ». a déclaré la première dame Olena Zelenska lors de la conférence «  Uni·es pour la justice » en mars.

« Notre tâche principale est de rendre cette justice aux survivantes des crimes horribles de cette guerre épouvantable. Nous devons avant tout leur fournir un traitement équitable, un soutien, du respect et de l’aide. »

La violence sexuelle comme arme

À son retour en Ukraine, Huseinova a pris une longue douche chaude, essayant de se débarrasser de l’odeur insupportable de la prison russe.

Elle a dû passer 50 jours à Izoliatsia, un centre de torture situé dans la partie occupée de Donetsk, qui serait géré par les services de sécurité fédéraux russes, puis environ trois ans dans un centre de détention provisoire de Donetsk. À l’intérieur, Mme Huseinova savait que si elle sortait un jour, elle continuerait à se battre pour la liberté et la justice des autres femmes ukrainiennes.

Selon le ministère de la réintégration des territoires temporairement occupés, au moins 126 Ukrainiennes, dont 80 civiles, étaient en captivité en Russie en juin 2023.

«  Elles sont toujours là. Je sais quels risques elles courent, dans quelles conditions elles se trouvent et à quel point c’est difficile pour elles, physiquement et psychologiquement », explique Mme Huseinova.

À cette fin, elle a rejoint Sema Ukraine, une organisation à but non lucratif qui réunit et soutient les femmes qui ont survécu à des violences sexuelles liées au conflit, ou CRSV. L’organisation a été fondée en 2019 et, après 2022, elle est passée de moins de 20 à plus de 50 femmes, toutes survivantes.

La responsable du groupe, Iryna Dovhan, a subi des tortures en public. Des photos d’elle attachée à un poteau et battue dans une rue de Donetsk ont horrifié le monde entier en 2014.

Depuis, les violences sexuelles sont monnaie courante dans les territoires occupés, mais elles ont véritablement pris de l’ampleur après l’invasion totale.

«  En 2022, ils ont reçu un mandat pour se comporter sans retenue. Ils ont gagné encore plus de confiance dans l’impunité  », a déclaré Dovhan au Kyiv Independent.

Le bureau du procureur général de l’Ukraine a enregistré 235 cas de violence sexuelle et sexiste, principalement à l’encontre de femmes, depuis le 24 février 2022.

«  En fait, il y a beaucoup plus de crimes de ce type, ce qui est également confirmé par nos partenaires internationaux. Les survivantes ont le plus souvent honte et peur de signaler ces crimes  », a déclaré en mars la vice-première ministre chargée de l’intégration européenne, Olha Stefanishyna.

Un rapport récent de la commission d’enquête internationale indépendante des Nations unies sur l’Ukraine fait état d’un certain nombre de cas où «  les soldats russes ont fait irruption dans les maisons des villages qu’ils occupaient, ont violé des femmes et une jeune fille, et ont commis d’autres crimes de guerre contre les victimes et les membres de leur famille  ».

Parmi les cas étudiés dans les oblasts de Kherson et de Zaporizhzhia, les victimes de viol comprenaient une jeune fille de 16 ans et des femmes âgées de 19 à 83 ans. Parmi elles, une jeune fille enceinte de 16 ans et trois femmes plus âgées vivant seules, ou avec de jeunes enfants, ou avec des membres de leur famille souffrant d’un handicap.

Pramila Patten, représentante du secrétaire général des Nations unies pour les violences sexuelles en période de conflit, a déclaré en octobre dernier que le viol faisait partie de la « stratégie militaire » de la Russie et qu’il s’agissait d’une « tactique délibérée pour déshumaniser les victimes ».

« L’utilisation systématique de la violence sexuelle comme arme de guerre est l’une des caractéristiques des crimes de masse contre les civiles commis par les troupes russes en Ukraine  », déclare le procureur général Andrii Kostin. « Nous considérons également les violences sexuelles liées aux conflits comme un élément de génocide  ».

Dovhan est d’accord : «  La violence sexuelle liée aux conflits est très traumatisante. Elle a des conséquences à long terme qui détruisent non seulement la vie de la personne qui l’a subie, mais aussi tout son cercle social, sa famille et sa descendance. »

Mais même lorsque les Russes ne peuvent pas atteindre les femmes, la violence sexiste, elle, peut les atteindre. Les cas de violence domestique sont de plus en plus nombreux.

« Nous ne pouvons pas dire que les femmes (ukrainiennes) sont protégées contre la violence sexiste et la violence domestique », déclare Halyna Iegorova, responsable du groupe de protection contre la violence sexiste au bureau de représentation ukrainien de l’organisation à but non lucratif HIAS, basée aux États-Unis.

«  Mais la grande différence est que dans le territoire occupé, il n’y a pas d’accès aux services d’aide, contrairement aux zones contrôlées par l’Ukraine, où de telles opportunités existent  ».

Aucun endroit n’est sûr

En Ukraine, deux femmes sur trois subissent des violences psychologiques, physiques ou sexuelles au cours de leur vie, et 18% des femmes et des filles âgées de 15 à 49ans ont subi des violences de la part de leur partenaire intime, selon l’OMS.

Valentyna, 56 ans, résidente de l’oblast de Vinnytsia, a été témoin de cette situation : sa famille a subi des années de violence de la part de son neveu, âgé de 36 ans. La situation a empiré après le début de l’invasion à grande échelle.

« En mai et juin seulement, j’ai dû appeler la police à quatre reprises  », a déclaré Valentyna au Kyiv Independent.

Alors que l’invasion dure depuis près de deux ans, la violence domestique dans le pays s’aggrave. En août, le responsable de la police nationale, Serhii Aloshkin, a déclaré que le nombre de cas avait augmenté de 40% par rapport à l’année dernière.

En octobre 2023, la police a enregistré près de 244 000 appels pour violence domestique, soit autant que pendant toute l’année 2022, selon le ministre de l’intérieur Ihor Klymenko.

« Le stress psychologique, la pression émotionnelle, la séparation des familles, le chômage et d’autres facteurs aggravent la situation de la violence domestique dans le pays », a déclaré Klymenko.

La psychanalyste Iryna Kuratchenko partage cet avis, ajoutant que de nombreux soldats sont psychologiquement traumatisés lorsqu’ils rentrent du front.

« Il y a eu une augmentation du nombre de cas dans lesquels des militaires masculins commettent des violences domestiques », a déclaré au Kyiv Independent Mm Kuratchenko, qui dirige également l’association de psychologues et de psychanalystes Vzayemodiya, une ONG basée à Zaporizhzhia, qui soutient les survivantes de violences basées sur le genre (VBG).

Elle raconte par exemple l’histoire d’une femme qui s’est retrouvée piégée et incapable de fuir son mari violent lorsque l’invasion à grande échelle a commencé.

Certaines femmes se sont retrouvées coincées dans les zones occupées, à la fois avec leurs partenaires violents et avec les Russes rapaces.

Même lorsqu’elles fuient la guerre, les femmes ukrainiennes sont toujours en danger. Une étude réalisée en 2022 par l’université de Birmingham, comportant 32 entretiens avec des femmes ukrainiennes réfugiées ou déplacées à l’intérieur du pays, a révélé que toutes avaient été victimes de violences de guerre.

« Certaines avaient subi des violences sexuelles et sexistes avant la guerre, tandis que d’autres avaient été exposées à différentes formes d’abus qui s’étaient poursuivis pendant le conflit, en transit, puis une fois qu’elles avaient trouvé refuge. »

Les femmes qui fuient laissent derrière elles tout leur système de soutien, y compris leurs amis, leur famille et les professionnel·les de santé en qui elles ont confiance, explique Mme Iegorova. Il est beaucoup plus difficile de trouver de l’aide dans un endroit inconnu, ce qui décourage les femmes d’essayer.

Les survivantes choisissent souvent de ne pas signaler les violences sexistes, par manque de confiance dans le système judiciaire ou par crainte de l’agresseur.

Les organisations ukrainiennes et internationales se sont mobilisées pour faire évoluer cette perception.

S’exprimer, demander justice

Selon Mme Kuratchenko, l’Ukraine a réalisé des progrès significatifs en matière de traitement et de réaction à la violence liée au sexe ces dernières années.

Le parlement a finalement ratifié la Convention d’Istanbul, dont les signataires collaborent pour protéger les victimes et poursuivre les auteurs.

«  Cela signifie également que chaque année, le pays doit rendre compte de la manière dont il respecte la convention d’Istanbul. C’est une grande responsabilité » explique M. Kuratchenko. « L’État, les organismes d’application de la loi et d’autres structures font beaucoup, mais la guerre… prévaut. »

La police nationale compte plus de 60 unités chargées d’intervenir en cas de violence domestique, de conseiller les victimes et d’essayer de prévenir ces crimes, selon son rapport du 23 novembre.

L’éducation est un élément essentiel de la prévention.

Mme Iegorova explique que de nombreuses personnes en Ukraine « vivent sans se rendre compte que la violence fait partie de leur vie », car elles ne peuvent pas l’identifier.

«  C’est pourquoi notre organisation, ainsi que d’autres organisations travaillant dans le domaine de la santé et de la sécurité publiques, a pour tâche principale de sensibiliser la population à ces questions afin qu’elle puisse les reconnaître  », explique-t-elle.

« Ce n’est que lorsqu’une personne reconnaît qu’elle vit dans une situation de violence et qu’elle comprend qu’elle est victime de violence qu’elle peut chercher de l’aide par elle-même. »

Selon Mme Iegorova, HIAS a récemment organisé un programme éducatif de huit semaines à l’intention des femmes, leur apprenant à identifier la violence liée au sexe et à savoir où chercher de l’aide.

« Nous nous efforçons également de faire en sorte que des informations sur les organisations travaillant dans le domaine de la violence liée au sexe soient disponibles dans chaque conseil rural ou urbain  », dit-elle. « Nous nous efforçons de les distribuer même dans les hôpitaux ou les cliniques pour femmes, afin que les personnes qui viennent les consulter puissent voir les brochures.

Basée dans la région partiellement occupée de Zaporizhzhia, Vzayemodiya organise notamment des formations pour les forces de l’ordre locales et d’autres spécialistes, leur apprenant à identifier les CRSV, à communiquer avec les survivantes et à savoir où les orienter pour qu’elles obtiennent l’aide dont elles ont besoin, y compris un soutien psychologique.

En plus d’informer les Ukrainien·nes et le monde entier sur les actes de violence sexuelle commis par les troupes russes, Sema Ukraine contribue également à documenter ces cas, afin de traduire les auteurs en justice.

L’organisation aide également les survivantes à obtenir une assistance médicale, sociale et juridique et soutient leurs familles, en particulier les enfants.

« Ce qui rend notre organisation remarquable, c’est que nous avons plus d’une douzaine de femmes qui ont réussi à transformer leur traumatisme en capacité post-traumatique au sein de l’organisation  », explique Dovhan.

«  Elles sont actives, elles aident les autres et elles servent d’exemple aux nouvelles femmes qui rejoignent l’organisation. »

Plusieurs autres organisations dirigées par des femmes soutiennent les survivantes de violences basées sur le genre dans toute l’Ukraine.

L’organisation Green Landia, basée à Kharkiv, a par exemple récemment créé des «  espaces de soutien pour les femmes et les filles » dans la capitale régionale et dans l’oblast, proposant des sessions éducatives et psychologiques, des ateliers d’art et d’autres activités.

À Kherson, l’organisation Uspishna Zhinka (Successful Woman en anglais) éduque les femmes sur les « relations saines et malsaines », les stéréotypes de genre et l’égalité. Elle travaille également à l’autonomisation économique des femmes pour les aider à échapper à la violence domestique.

Pour avoir un impact encore plus important, ces organisations ont également besoin de soutien.

En collaboration avec l’organisation féministe mondiale Voice, HIAS soutient de petites organisations ukrainiennes dirigées par des femmes, telles que Sema Ukraine, Uspishna Zhinka, Green Landia et Vzayemodiya. Les subventions leur permettent de fournir des conseils individuels et collectifs ainsi que des biens de première nécessité aux survivantes de la violence liée au sexe et de la violence sexuelle et sexiste.

«  Les groupes de soutien pour les femmes qui ont subi des violences domestiques sont très efficaces, surtout lorsque celles-ci partagent leurs propres expériences. C’est le moyen le plus efficace pour elles d’entrer en contact et de guérir  », explique Mme Kuratchenko.

Le financement de ces organisations est important car, comme le souligne Mme Iegorova, elles «  apportent un soutien solide à la population locale ».

«  Sans elles, il serait beaucoup plus difficile pour l’État de répondre aux besoins de la population. »

Toutefois, pour recevoir une aide cruciale et entamer une action en justice, les victimes de violences sexistes doivent commencer par signaler ce qui leur est arrivé.

Le médiateur ukrainien, Dmytro Lubinets, affirme que les récits des victimes de la violence sexuelle et sexiste sont « leurs armes dans la lutte contre l’agresseur et servent d’outils dans les mains des forces de l’ordre sur le champ de bataille juridique ».

«  N’ayez pas peur de vous exprimer. N’ayez pas peur d’exiger que les auteurs soient punis », ajoute Mme Huseinova.

Bonjour, ici Daria Shulzhenko. J’ai écrit cet article pour vous. Depuis le premier jour de la guerre totale menée par la Russie, je travaille presque sans relâche pour raconter les histoires des personnes touchées par l’agression brutale de la Russie. En racontant toutes ces histoires douloureuses, nous contribuons à tenir le monde informé de la réalité de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine. En devenant membre du Kyiv Independent, vous pouvez nous aider à continuer à dire au monde la vérité sur cette guerre.

Daria Shulzhenko, Journaliste

Daria Shulzhenko est journaliste au Kyiv Independent. Elle a été journaliste au Kyiv Post jusqu’en novembre 2021. Elle est titulaire d’une licence en linguistique de l’Université internationale de Kiev, avec une spécialisation en traduction de l’anglais et de l’allemand. Elle a auparavant travaillé comme rédactrice et chercheuse indépendante.

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)